Autoroutes: un milliard de travaux annoncés

Le 19 septembre 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un milliard d'euros pour plus de bitume.
Un milliard d'euros pour plus de bitume.
DR

L’Etat annonce que les collectivités et les hausses des péages financeront une cinquantaine de projets autoroutiers.

Alain Vidalies vient d’annoncer le lancement d’un plan à 1 milliard d’euros pour financer des travaux sur le réseau autoroutier. L’Etat n’engagera pas un centime directement: ce sont les automobilistes et les contribuables –qui sont souvent les mêmes- qui devront mettre la main à la poche pour financer 50 dossiers «avancés, au niveau des études ou des déclarations d’utilité publique», a précisé le secrétaire d’Etat aux transports dans un entretien accordé au Journal du dimanche. Interrogé, le ministère des transports n’indique pas quel pourcentage proviendra de la hausse des tarifs des péages (qui devraient augmenter de 0,3 à 0,4% entre 2018 et 2020) et des financements dégagés par les collectivités.

En avril 2015, l’Etat et les sociétés d’autoroutes signaient un accord qui prévoyait des investissements à hauteur de 4,2 milliards d’euros, avec une participation de 3,2 Md€ de la part des concessionnaires, dont certains avaient obtenu un allongement de 12 ans de leur contrat. Un accord dont Bercy refuse de rendre publics les termes précis: comme le raconte Mediapart. Il vient de saisir le Conseil d’Etat, contestant une décision du tribunal administratif rendue en juillet dernier l’enjoignant à le faire. «Je ne serais pas étonné qu’il existe aussi des dispositions fixant les augmentations de péages, par exemple», a déclaré l’élu écologiste grenoblois à l’origine de la procédure.

30 échangeurs

Parmi les 50 projets retenus après consultation avec les collectivités, 30 sont des échangeurs, «véritablement d’intérêt pour les territoires», estime le secrétaire d’Etat. Les autres constructions seront des aires de covoiturage, des aménagements environnementaux comme des écoponts et des murs antibruit, «pris en charge directement par les sociétés d’autoroutes.». Les préfets de région vont rapidement engager des négociations avec les collectivités, pour savoir d'ici le 30 septembre combien elles comptent mettre dans l’aventure, avec pour objectif «d’engager les premiers travaux à la fin de l'année 2017».

43 tracteurs, 200 vélos, 2.000 piétons ont marché ce 18 septembre contre la future autoroute A 45, un projet de 45 km de 2x2 voies entre Lyon et Saint-Etienne qui coûterait 1,2 Md€. Le concessionnaire Vinci participerait à hauteur de 30%, l’Etat, le département de la Loire, Saint-Etienne Métropole et la région Auvergne-Rhône-Alpes finançant les 845 M€ restants. 500 hectares de terres agricoles pourraient finir englouties sous le bitume pour ce tronçon qui serait un doublon de l’A 47, que les partisans de l’A 45 estiment dangereuse et saturée.

Pas d'allongement des contrats

Interrogé par Le Journal de l’environnement sur la clé de répartition attendue entre les hausses des péages et les financements des collectivités, le ministère des transports n’a pas répondu. L’option d’allonger la durée des contrats des sociétés d’autoroutes en échange de leur financement n’a pas été retenue cette fois-ci (voir encadré). Dans le JDD, Alain Vidalies a estimé que pour les collectivités, «ce ne sont pas des investissements disproportionnés, dans une période où les conditions d'emprunt sont bonnes avec des taux très bas»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus