Autisme et troubles gastro-intestinaux: le gluten à la croisée des chemins

Le 26 juin 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les enfants atteints d'autisme sont souvent victimes de troubles digestifs
Les enfants atteints d'autisme sont souvent victimes de troubles digestifs

L’hypothèse liant autisme, troubles gastro-intestinaux et gluten semble de plus en plus convaincante, après que des chercheurs ont découvert la présence fréquente d’anticorps anti-gluten chez des enfants atteints de ce trouble neurologique.

De nombreux enfants atteints d’autisme sont atteints de troubles digestifs et d’une plus grande perméabilité intestinale. D’où l’idée que certaines protéines apportées par l’alimentation, en particulier la caséine du lait et le gluten du blé, soient liées à l’autisme. Une hypothèse qui pousse certains parents d’enfants atteints à les nourrir avec des régimes dépourvus de ces protéines, stratégie dont l’efficacité est loin d’être prouvée (voir le JDLE).

Menée par l’équipe d’Armin Alaedini, nutritionniste à la Columbia University de New York, sur 140 enfants dont 37 autistes, une nouvelle étude publiée dans la revue PLoS ONE vient toutefois conforter un peu plus un éventuel lien entre autisme et sensibilité au gluten, du moins chez une partie des enfants malades.

Selon une analyse sanguine, 24,2% des autistes porteraient des anticorps dirigés contre le gluten, encore plus présents chez les enfants souffrant en plus de troubles gastro-intestinaux. Seuls 7,4% de leurs frères et sœurs non autistes, et 5,3% du groupe-contrôle d’enfants non atteints et n’ayant aucun cas d’autisme dans leur famille, portaient de tels anticorps.

Au-delà des troubles gastro-intestinaux, les chercheurs n’ont en revanche trouvé aucun lien avec une maladie cœliaque proprement dite, trouble normalement lié à l’intolérance au gluten. «Ces résultats indiquent que la réponse immunitaire contre la gliadine [l’un des composants protéiques du gluten, ndlr] pourrait impliquer un mécanisme distinct de celui observé dans les maladies cœliaques», avancent-ils.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus