Autant de loups et plus de meutes en 2015

Le 09 septembre 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
41 meutes à la fin de l'été.
41 meutes à la fin de l'été.
DR

Les populations de loups se stabilisent autour de 300 individus, avec un nombre de meutes en augmentation. Des associations contestent en justice la décision de Ségolène Royal d’autoriser le tir de 36 loups.

Trois associations ont saisi le 8 septembre le Conseil d'Etat au sujet de l'arrêté du 5 juillet 2016 qui fixe un plafond maximal de 36 loups pouvant être tués pour la période 2016/2017. France Nature Environnement (FNE), Humanité & Biodiversité et la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) estiment que ce plafond est «disproportionné» et que les nouvelles dispositions autorisant la destruction du loup «contreviennent aux conditions strictes permettant de déroger à la protection de cette espèce protégée». Parmi les arguments développés, les associations estiment que les mesures ministérielles mettent en danger la viabilité de l’espèce.

Suivi de populations

Un argument étayé grâce aux chiffres de suivi des populations, tenus à jour par l’Office national pour la chasse et la faune sauvage (ONCFS), et divulgués la semaine passée avec plusieurs mois de retard. Leur absence, qui s’explique par un mouvement social d’agents de plusieurs établissements publics, n’avait pas empêché le ministère de l’environnement de fixer le plafond de 36 loups en juin dernier.

Entre 35 et 41 meutes

Combien sont-ils? 292, répondent les statistiques de l’ONCFS. Soit 10 de plus que l’an passé et 10 de moins que l’année précédente. Le nombre de groupes sédentarisés[1] (i.e. en zone de présence permanente -ZPP) augmente, passant de 42 à 49, ainsi que les meutes, qui grimpent de 30 à 35. Un bilan préliminaire réalisé à la fin de l’été fait même état de 52 ZPP, dont 41 meutes. Un signe de bonne santé, plus significatif encore que peut l’être l’augmentation des effectifs. Mais encore faut-il surveiller de près les structures de ces meutes. «Sont-elles reproductrices? Quels sont les effets des tirs sur leur dispersion?, demande Jean-David Abel, à FNE, qui estime que les populations lupines ne sont plus dans une dynamique positive», alors que l’ONCSF considère que les populations sont stabilisées. Le vice-président de FNE appelle l’Etat à la «prudence», l’enjoignant à arrêter de délivrer des autorisations de tir qualifiées d’excessives. «Certains préfets ont autorisé des tirs pour 4 loups: c’est une logique de régulation, pas de protection des troupeaux!»

 

 

 

 



[1] Soit un groupe d’au moins deux individus, parfois du même sexe, qui sont installés sur une zone.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus