Australie: des présomptions d’empoisonnement au plomb

Le 10 avril 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Esperance, Etat de l'Australie occidentale. A partir de décembre 2006, des perruches et autres méliphages ont été retrouvés morts par milliers dans les cours et jardins de la ville. La cause de la mort de ces oiseaux est longtemps restée inconnue. Selon un article de The Independent paru le 6 avril, les habitants inquiets ont constaté d'importantes teneurs en plomb ou en nickel dans leurs citernes d'eau de pluie, qu'ils utilisent pour leur eau potable. Mais les autorités sanitaires ont déclaré qu'il n'y avait pas de raison de s'inquiéter, avant que des analyses d'eau soient faites dans le port d'Esperance. Port à partir duquel le carbonate de nickel et de plomb est acheminé vers l'Asie. Cependant, les résultats des analyses ont montré des teneurs, pour ces deux métaux, 130 fois supérieures aux normes sanitaires. Du plomb a été détecté dans le sang de 12 personnes sur les 900 testées, à des concentrations supérieures au niveau recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

La mort des oiseaux a été associée à la poussière de plomb émise durant le transport des produits, qui s'est déposée sur les toits, puis dans les citernes d'eau de pluie. Le gouvernement du West Australian a ordonné une enquête, et l'extraction de minerai et l'exportation de carbonate ont été interrompues. Il a été recommandé aux habitants de ne pas boire l'eau de leur citerne et d'éviter de manger du poisson pêché localement. Ces derniers sont furieux que les autorités locales n'aient commencé à prendre la situation au sérieux que ces deux dernières semaines.

Jim McGinty, le ministre de la santé de l'Etat, considère que la situation à Esperance est «très inquiétante du point de vue de la santé publique».




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus