«Aucun risque à court terme» pour les barrages

Le 02 mars 2007 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le PDG d’EDF, Pierre Gadonneix, estime, dans un entretien paru jeudi 1er mars dans Paris Match, que les barrages français, dont la vétusté a été relevée dans un rapport interne cité par le magazine Capital ne présentent «aucun risque à court terme», tout en reconnaissant un «sous-investissement criant depuis 10 ans».

«Les barrages français, dont la durée de vie est de plus de 100 ans, ne présentent aucun risque à court terme», explique-t-il en évoquant tout de même des «faiblesses sur les installations techniques autour de certains barrages». «La sécurité des populations riveraines est totalement assurée. Nous auscultons, surveillons, contrôlons l'étanchéité de nos barrages en permanence», ajoute-t-il. «Nous n'avons pas attendu ce rapport pour agir», souligne-t-il.

«Au second semestre 2006, nous avons adopté le plan «Superhydro». Il complète l'enveloppe annuelle de maintenance par une somme de 500 millions d'euros sur 5 ans, entre 2007 et 2011, pour rattraper le sous-investissement criant depuis 10 ans». Mettant ainsi en cause ses prédécesseurs, Pierre Gadonneix affirme qu'il a«demandé un diagnostic complet de l'état de notre parc de production d'électricité peu après» son arrivée. «Dans ce domaine, depuis 10 ans, il n'y a pas eu un seul euro d'investissement dans des ouvrages nouveaux. Quant à l'enveloppe consacrée à la maintenance hydraulique, elle a été presque divisée par deux», regrette-t-il.

«Compte tenu des fausses rumeurs autour de ce rapport, je vais personnellement m'attacher à l'information des élus à ce sujet», conclut-il.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus