Au Texas, la lutte contre le virus du Nil occidental est aérienne

Le 20 août 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A Dallas, l'épandage se fait aussi en voiture.
A Dallas, l'épandage se fait aussi en voiture.

Les Texans combattent le virus du Nil occidental à coups d’épandages aériens de pesticides. De tous les Etats-Unis, l'état pétrolier est le plus touché par ce virus qui se transmet par piqures de moustiques. A tel point que l’état d’urgence a été déclaré depuis le 15 août dernier. Cette maladie qui peut être mortelle (dans 3 à 15% des cas) et notamment pour les personnes âgées ou immunodéprimées, se caractérise souvent par une forte fièvre.

509 cas de virus du Nil occidental ont ainsi été recensés depuis le début de l’année au Texas représentant ainsi la moitié des cas diagnostiqués dans l’ensemble des Etats-Unis. Vingt morts lui sont attribuées. Les spécialistes estiment que la maladie, arrivée dans le pays en 1999, se transmet aux humains lorsque les moustiques ont piqué au préalable des oiseaux infectés.

Depuis 2002, la ville de Houston lutte contre ces moustiques infectés en menant des campagnes d’épandage aérien de pesticides. Une solution qui n’est pas du goût de tous les habitants. A commencer par le maire qui regrette que le produit utilisé, un pyréthrinoïde de synthèse, soit néfaste à certains insectes et notamment aux abeilles.

Pourtant le Duet a été approuvé par l’Agence de protection de l’environnement (EPA) pour le contrôle des moustiques. Mais l’étiquetage du produit révèle qu’il est toxique pour les poissons et les organismes aquatiques, outre les insectes et les abeilles.

Face aux risques d'épidémie, les autorités sanitaires estiment que ce pesticide de troisième génération, copié sur les pyrèthres naturels, est un moindre mal. Au grand dam des texans, notamment ceux à la santé fragile.

Un groupe de pression «Dallas, Stop The Spray!» a collecté 1.800 signatures pour une pétition réclamant l’arrêt de ces épandages «inutiles et dangereux», selon eux. Ils préfèrent que les fonds servent à des méthodes avérées de prévention et d’éradication des moustiques.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus