Au Royaume-Uni, les promoteurs pourront compenser leurs dégâts

Le 31 mai 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

« Construisez, vous payerez les dégâts plus tard. » C’est, très résumé, le principe du nouvel outil britannique de conservation des biotopes fragiles. Testé aux Etats-Unis, dans l’Etat australien de la Nouvelle-Galle du Sud et en Afrique du Sud, le « biobanking » vient de faire son apparition outre-Manche. De quoi s’agit-il ?

D’un moyen financier visant à « compenser » la destruction d’un espace écologique remarquable lors d’une opération d’aménagement ou d’urbanisme. Autorisé par le gouvernement de David Cameron, ce système de crédits « verts » vise à restaurer des écosystèmes remarquables menacés, en compensation des dégâts occasionnés par des promoteurs. Le système est le suivant : l’Environment Bank sélectionne un projet de restauration et fixe le montant des travaux. La compagnie émet alors des sortes d’actions que peuvent, volontairement, acquérir les promoteurs. Avec l’argent levé, l’Environment Bank finance les travaux de restauration du site à sauvegarder.

Pour débuter, cette drôle de banque veut mettre sur le marché pour 100 millions de livres (118 millions d’euros) d’actions. Une fois engrangée, cette manne permettrait de remettre en eau et de reconstituer les zones humides, situées à proximité de la source de la Tamise.

Plutôt bien accueilli par les autorités et par les professionnels, le « biobanking » laisse les écologistes un peu perplexes. Certes, pour mener à bien son premier projet, l’Environment Bank s’est adjugé les conseils du Wiltshire Wildlife Trust et du Wildfowl and Wetlands Trust. Mais les environnementalistes craignent qu’en cas de succès de ces bio-indulgences, le gouvernement n’hésite pas à sabrer les crédits publics dédiés à la protection des espaces naturels. Ce qui n’a rien d’aberrant.  



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus