Au Royaume-Uni, le poulet a moins la cote

Le 07 janvier 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Campylobacter marque les esprits britanniques
Campylobacter marque les esprits britanniques
DR

Le poulet britannique traverse une crise de confiance, avec une baisse de la consommation en décembre. Notamment en cause, de récentes analyses de la Food Standards Agency (FSA), qui mettent en évidence une fréquente contamination par la bactérie Campylobacter.

Fin novembre, la FSA lançait un pavé dans la mare en révélant que 70% des poulets vendus en supermarché étaient positifs pour Campylobacter, et que 18% se situaient même au-delà du seuil admis de 1.000 unités formant colonie par gramme (UFC/g). Avant cela, deux géants britanniques du poulet, 2Sisters et Faccenda avaient été accusés en juillet 2014 de graves violations en matière d’hygiène.

Pour la filière, l’effet ne s’est pas fait attendre, selon le site meatinfo.co.uk. Au 7 décembre, le nombre de poulets vendus au Royaume-Uni a diminué de 6,8%, sur les 12 semaines précédentes, par rapport à la même période sur 2013, tandis que le chiffre de vente a diminué de 3,8%. Une baisse importante pour une viande relativement peu coûteuse, et la plus consommée.

Selon Mintel, société spécialisée en études de marché, «de nombreuses personnes vont simplement faire plus attention lors de la préparation et de la cuisson de leur poulet. Mais [ces révélations] vont en inciter d’autres à ne plus acheter de poulet afin d’éliminer tout risque».



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus