Au Royaume-Uni, le mécénat devra dorénavant montrer patte verte

Le 14 décembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le comité olympique indien a annoncé aujourd’hui 14 décembre qu’il allait officiellement demander aux organisateurs des Jeux olympiques de Londres de retirer le groupe Dow Chemical de ses sponsors. En cause, les liens du géant de l’industrie chimique avec la tragédie de Bhopal. Dow Chemical sponsorise une structure qui doit être installée dans le principal stade olympique de Londres.

«Nous allons exprimer notre mécontentement aux organisateurs des Jeux olympiques de Londres et leur demander de retirer Dow de leurs sponsors», a déclaré Vijay Kumar Malhotra, ajoutant que la présence de la compagnie était inacceptable. Le chef du comité olympique indien a toutefois souligné que l'Inde ne boycotterait pas les prochains JO.

En 1999 Dow Chemical rachetait l'usine Union Carbide de Bhopal, celle-là même qui en 1984 a connu l’une des pires catastrophes industrielles mondiales. L’une des cuves de l’usine, qui produisait des pesticides, a explosé dans la nuit du 1er au 2 décembre, libérant un épais nuage toxique qui a provoqué la mort de milliers personnes, blessant des centaines de milliers d’autres.

Mais Dow Chemical estime que ses responsabilités ont été effacées depuis l'accord signé en 1989 avec le gouvernement indien pour le versement de 470 millions de dollars (362 millions d’euros) d'indemnisations, avec abandon de poursuites pénales. Les associations de défense des victimes estiment quant à elles que ces compensations financières sont largement inférieures aux préjudices physiques subis par les «gas affected people».

Ainsi, plusieurs manifestations ont été organisées par le chef du gouvernement dans la capitale du Madhya Pradesh. Et selon Vijay Kumar Malhotra, le comité olympique devrait formuler sa demande officielle aux organisateurs des JO lors d'une réunion de deux jours à New Delhi qui se tiendra à partir du 15 décembre. «Une pétition à l'appel de l'ancien joueur olympique de hockey, Aslam Sher Khan, a reçu 11.000 signatures pour les victimes de Bhopal», a-t-il ajouté.

Vijay Kumar Malhotra est un membre influent du principal parti d'opposition, le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP), et il aurait envoyé des courriers au ministre des sports et au Premier ministre pour leur demander conseil sur le sujet. «Les Jeux olympiques évoquent l'amour, la fraternité et la transparence et cette entreprise (Dow Chemical) est liée à une autre qui est responsable de la mort de milliers d'Indiens, a-t-il dénoncé. Il est inacceptable qu'une telle entreprise soit un sponsor des JO.»

Sebastian Coe, chef des JO de Londres, a défendu la participation de l’industriel. De son côté, Ken Livingstone, qui fut maire de Londres lorsque la capitale britannique remporta les JO, a demandé à revoir cette question.

La Tate Gallery a décidé quant à elle de réviser ses critères de mécénat et devrait reconsidérer son partenariat de 20 ans avec British Petroleum (BP). Le directeur du temple britannique de l’art contemporain a déclaré qu’il allait décider très prochainement de renouveler ou non ce partenariat. Il fait dire qu’une pétition, initiée par différents groupes de protestation, dont «Art not Oil», a recueilli 8.000 signatures auprès des membres de la Tate Gallery et du public et a été remise au directeur de la galerie.

 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus