Au moins 475 nano-produits dans l’UE en 2010

Le 29 octobre 2010 par Sabine Casalonga
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

475 produits contenant des nanomatériaux ont été recensés en 2010 sur le marché européen, contre 151 en 2009, selon l’inventaire publié le 25 octobre par le Bureau européen des unions de consommateurs (Beuc) et l’association des consommateurs européens sur la normalisation (Anec).

Les nanomatériaux, de l’ordre du nanomètre (un million de fois inférieur au millimètre), sont utilisés par l’industrie en raison de leurs propriétés innovantes, notamment une réactivité et une mobilité dans l’organisme accrues. Bien que les données scientifiques manquent, des risques pour la santé et l’environnement sont suspectés.

C’est dans ce contexte que les deux associations de consommateurs ont décidé en 2009 de réaliser un inventaire des produits commercialisés dans l’UE revendiquant clairement la présence de nanoparticules (sur le lieu de vente ou sur l’emballage). L’enquête a été conduite entre juillet et octobre 2010 dans des enseignes commerciales et sur internet. Parmi les produits identifiés, 72 % ont été mis sur le marché en 2010. La catégorie de la santé et du bien-être représente la majorité des produits (42 %) suivi de l’automobile (15 %) et de la maison et du jardin (12,6 %). Les parts respectives des produits alimentaires et de ceux destinés aux enfants s’élèvent à 3,6 % et 3,8 %.

« L’inventaire ne peut pas être considéré comme une liste exhaustive des produits disponibles sur le marché de l’UE, relèvent les ONG. Certains affichages ‘nano’ relatifs à un produit sont visibles sur une boutique en ligne, alors qu’ils ne le sont pas sur le site de la marque elle-même. »

« En l’absence d’évaluation indépendante sur la sécurité, et étant donnée la nature non garantie de l’affichage, nous pensons qu’une action doit être prise urgemment », a commenté Stephen Russel, le secrétaire général de l’Anec. Il souhaite une adaptation de la législation, la création d’un inventaire public obligatoire pour les nanoproduits commercialisés dans l’UE, ainsi qu’une obligation d’étiquetage pour certains d’entre eux.

Monique Goyens, directrice générale du Beuc, ajoute : « Notre inventaire montre que des centaines de produits sont vendus aujourd’hui (…) sans que des évaluations sur le contenu de leur étiquetage ou leur risque sanitaire n’aient été conduites. Cette roulette russe avec la santé et la sécurité doit cesser ». Le Beuc soutient l’initiative de la présidence belge concernant la traçabilité obligatoire des nanomatériaux. Leur rapport a été présenté au commissaire européen chargé de la santé et des consommateurs, John Dalli.

En 2009, l’Institut Woodrow Wilson avait dénombré 1.000 nanoproduits à l’échelle mondiale [voir le JDLE].



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus