Au Forum de l’eau, le WWF revient sur nos consommations

Le 15 mars 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une tasse de café représente 140 litres d'eau
Une tasse de café représente 140 litres d'eau

Les allées du parc Chanot, à Marseille, où se tient le 6e Forum mondial de l’eau, n’ont jamais jusqu’à présent été envahies par la foule. Elles sont mêmes de plus en plus clairsemées. Corinne Lepage, seule candidate à l’élection présidentielle à avoir fait le déplacement, est venu parler ce jeudi 15 mars de l’impact des gaz de schiste sur les ressources en eau. Après Nicolas Sarkozy lundi, François Hollande mercredi a été le second candidat à faire faux bond. Le Forum mondial peinerait-il à intéresser? Pourtant cette année, les organisateurs annonçaient «le temps des solutions».

Le WWF en a profité pour rappeler quelques chiffres sur l’empreinte eau de nos consommations; un indicateur mis au point, il y a plus de 10 ans, avec l'université de Twente (Pays-Bas). L’organisation environnementale a voulu rappeler l'impact sur la ressource eau douce de toute la chaîne de production d’une tasse de café (140 litres nécessaires) mais aussi d’un hamburger (2.400 l), d’un steak de bœuf (7.000 l) ou d’un T-shirt (2.700 l). A noter que cet indicateur n’a pas vocation à évaluer tous les impacts environnementaux, comme le fait l’empreinte écologique ou l’analyse de cycle de vie (ACV) par exemple.

Le chiffre de 140 l, pour une tasse de café, comprend en fait l'eau utilisée pour faire pousser le caféier, récolter les baies, les transporter, les emballer, les vendre et les torréfier. Cela inclut également le volume d'eau nécessaire à la fabrication de la tasse.

«Cet indicateur fait prendre conscience de façon simple des impacts des modes de vie et donc des pressions exercées par les activités humaines sur la ressource eau, qu'elles soient domestiques, industrielles ou agricoles», souligne le WWF-France dans son communiqué.
L'indicateur est décliné en trois couleurs: le bleu correspond à la consommation des eaux de surface et des eaux souterraines, le vert à la consommation des eaux de pluie, notamment par évaporation dans les cultures agricoles, et le gris qui représente le volume d'eau douce requis pour diluer les polluants.

L'empreinte eau de production de la France, c'est-à-dire l'eau utilisée sur le territoire pour la production de biens et services, s'élève à 90 milliards de mètres cubes par an, selon les calculs de l'ONG au panda. Les cultures agricoles représentent 86% et les céréales, à elles seules, la moitié de cette empreinte eau de production. Le Midi-Pyrénées et l'Aquitaine sont les deux régions affichant la plus forte empreinte eau bleue de l’Hexagone, notamment en raison des besoins d’irrigation du maïs. L’empreinte eau liée aux importations est de 47% (c’est-à-dire l’eau utilisée à l’étranger pour la fabrication de produits importés), et elle est de 53 % en ce qui concerne l’empreinte eau interne (soit l’eau utilisée en France pour la fabrication et la consommation de produits).

Quant à l'empreinte d’un consommateur français, elle s'élève à 1.786 m3/an, soit l'équivalent du volume intérieur de deux Boeing 747, indique le WWF. Un gros tiers (36%) correspond à la consommation de viande, par le biais du maïs et du soja cultivé pour nourrir le bétail et 10% pour le lait, via les fourrages.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus