Atteinte du bon état des eaux: les associations s’inquiètent

Le 29 octobre 2008 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
goutte d'eau
goutte d'eau

Dans certains bassins, les objectifs de bon état fixés dans les plans de gestion ne seront vraisemblablement pas atteints, alors même qu’ils sont moins contraignants que ceux qui figurent dans le projet de loi Grenelle I. Les ONG constatent un manque de volonté politique pour réduire les pollutions diffuses d’origine agricole.

«L'Etat se fixe l'objectif de ne pas recourir aux reports de délais, autorisés par les dispositions de la directive-cadre sur l'eau (DCE), pour plus d'un tiers des masses d'eau». Si l'intention figurant dans l'article 24 de l'actuel projet de loi Grenelle I parait louable, l'atteinte du bon état pour au moins 66% des masses d'eau françaises en 2015 est fortement compromise et les demandes de reports de délais pour 2021 et 2027 s'annoncent inéluctables.

La fédération régionale d'associations de protection de l'environnement en Midi-Pyrénées, Uminate, constate que plusieurs bassins versants (Gers, Tarn…) en Adour-Garonne sont menacés par l'érosion des sols et les pollutions diffuses liées aux pesticides et aux nitrates. Des phénomènes qu'elle attribue à «la logique des systèmes de production agricole intensifs». «Le Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage) (1) fixe un objectif de 52% de bon état en 2015. Ce n'est pas beaucoup en soi, mais nous estimons qu'il ne sera pas atteint», indique Sylvain Roumeau, chargé de mission Eau pour Uminate. En septembre, la fédération a envoyé une lettre au président du comité de bassin Adour-Garonne, Martin Malvy, pour lui faire part de ses inquiétudes concernant d'éventuels reports de délais, «réelle menace» pour la qualité des ressources.

Le bon état en 2015 pour 47% des masses d'eau fixé dans le Sdage Loire-Bretagne est également compromis. «Les rejets directs dans les cours d'eau bretons ont fortement diminué, mais il reste les pollutions diffuses», explique Gilles Huet, directeur de l'association Eau et rivières de Bretagne. Selon lui, les teneurs en nitrates à l'origine du contentieux européen sont stabilisées à des niveaux trop élevés. «Il faudra réduire d'au moins un tiers les flux vers la mer pour diminuer le phénomène de marées vertes. On en est très loin!». Gilles Huet regrette par ailleurs que le glyphosate, désherbant très présent dans les cours d'eau bretons, ne soit pas interdit et rappelle que dans les Côtes d'Armor, «9 rivières sur 15 contiennent au moins 20 pesticides différents».

Dans le bassin Rhin-Meuse, la construction prévue de passes à poissons sur certains barrages devrait permettre de rétablir progressivement la continuité écologique du fleuve d'ici 2021. La salinité de la grande nappe phréatique d'Alsace causée par les mines de potasse a aussi été «jugulée», selon Jean Wencker, membre de la fédération d'associations Alsace Nature et administrateur de l'agence de l'eau Rhin-Meuse. «Suite à de nouvelles évaluations de l'état des masses d'eau des deux bassins, nous sommes aujourd'hui à 66% de masses d'eau en très bon état, bon état ou bon état potentiel si la masse d'eau est fortement modifiée», explique Jean Wencker. En 2015, ce pourcentage devrait passer à 72% (70% pour le bassin du Rhin et 79% pour celui de la Meuse).

Toutefois, la marge de progrès restant importante d'ici 2015, les associations locales et régionales continuent d'appeler à une mise en cohérence de la politique agricole et de la politique de l'eau. «Il faut que les bonnes intentions du Grenelle soient traduites dans le Sdage», précise Gilles Huet. L'interdiction des lessives contenant des phosphates, y compris dans l'industrie, prévue dans le projet de loi pourrait avoir un impact non négligeable. Même si en Bretagne, l'épandage d'engrais et les déjections animales restent une source majeure de rejets phosphorés…



(1) Les Sdage sont les plans de gestion élaborés en application de la DCE. Ils définissent les orientations en matière de politique de l'eau pour chaque bassin hydrographique




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus