Atlas de la biodiversité communale: un appel à projets pour l’outre-mer

Le 17 juin 2019 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
80% de la biodiversité française (Parc amazonien de Guyane)
80% de la biodiversité française (Parc amazonien de Guyane)

L’Agence française pour la biodiversité a lancé son troisième appel à projets pour les Atlas de la biodiversité communale (ABC), a-t-elle annoncé vendredi 14 juin. Il est spécialement destiné à l’outre-mer.

Visant à cartographier la biodiversité au niveau local, les ABC permettent non seulement de mieux sensibiliser les élus et les citoyens à cet enjeu environnemental, mais aussi de faciliter sa prise en compte dans les politiques communales et intercommunales.

L’outre-mer, haut lieu de la biodiversité française

Depuis sa création en 2017, l’AFB soutient financièrement ces projets, via des appels d’offre annuels. Le troisième a été lancé le 7 juin, avec un délai de réponse de huit semaines –jusqu’au 2 août. Pour la première fois, il sera spécialement consacré aux territoires d’outre-mer, qui, bien qu’ils renferment 80% de la biodiversité française, n’ont soumis aucun dossier d’ABC en 2018.

Au cours de ses deux premiers appels à projet (2017 et 2018), l’AFB a soutenu 93 projets d’ABC, dont certains en partenariat avec les Parcs naturels régionaux ou nationaux, pour un total de 896 communes concernées.

Des projets de 2018 mis en attente

Contactée par le JDLE, l’AFB indique que ce troisième appel à projets sera d’un montant de deux millions d’euros, dont un million pour les nouveaux projets. L’autre million d’euros sera affecté à des projets soumis en 2018, et qui n’avaient pu être retenus faute d’un budget suffisant.

L’appel à projets de 2018 avait en effet été doté d’une enveloppe de 1,5 million d’euros, contre 5 millions d’euros pour le premier appel, en 2017.

Quant au montant des aides par projet, «c’est très variable. Cela peut aller de 10.000 euros pour les petites collectivités à 300.000 ou 400.000 euros pour les intercommunalités», indique l’AFB.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus