Atlantique: toujours pas de répit pour les baleines

Le 26 octobre 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La baleine de Minke fait partie des espèces les plus chassées
La baleine de Minke fait partie des espèces les plus chassées

La création d’un sanctuaire marin pour les baleines dans l’Atlantique a de nouveau échoué, le 25 octobre, lors de la réunion de la Commission baleinière internationale (CBI) à Portoroz (Slovénie).

Proposée conjointement par l’Argentine, le Brésil, le Gabon, l’Afrique du Sud et l’Uruguay, la création d’un sanctuaire de 20 kilomètres carrés dans l’Atlantique Sud, abritant 51 espèces de cétacés, est tombée à l’eau. Les pays chasseurs de baleine s’y sont opposés une nouvelle fois alors que ce sanctuaire est soumis au vote depuis 2001.

Alors qu’elle nécessitait une majorité de 75%, la proposition n’a obtenu que 38 oui contre 24 non. Parmi ceux-ci, le Japon, la Norvège et l’Islande ont été soutenus par quelques pays africains dont le Maroc, des pays asiatiques et de petits Etats insulaires.

«Le plus décevant, c’est que ces efforts sont sapés par des pays membres de la CBI situés à des milliers de kilomètres et qui ne se trouvent même pas dans l’hémisphère Sud», a réagi John Frizell, de Greenpeace International.

 

Trois quarts des captures dans l’hémisphère Sud

 

Sur les 3 millions de baleines tuées dans le monde entre 1900 et 1999, 71% d’entre elles ont été capturées dans l’hémisphère Sud. Les espèces les plus chassées sont toujours le rorqual commun, le cachalot, la baleine bleue, la baleine à bosse, le rorqual boréal et la baleine de Minke, alors qu’un moratoire est entré en vigueur en 1986.

Deux sanctuaires existent aujourd’hui dans l’Océan indien et dans l’Océan austral, dans lequel naviguent les baleiniers japonais.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus