Asie et Afrique: empreintes écologiques fortes et modestes à la fois

Le 11 juin 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Depuis les années 1960, l'empreinte écologique chinoise a doublé, selon un rapport présenté mardi 10 juin par le WWF et le Conseil chinois de coopération internationale en environnement et en développement (CCICED). Certes, cette empreinte n'était que de 1,6 hectare par personne en 2003 (1), mais elle posera problème au pays-continent d'ici 20 ans, vu l'importance de sa population et sa forte croissance économique. La Chine utilise 15% de la capacité biologique disponible dans le monde.

Le rapport, qui n'a pas la prétention de se pencher sur les empreintes écologiques des pays «développés» ni d'analyser les inégalités (2), constate que la région Asie-Pacifique a la plus grande empreinte écologique au monde, malgré de faibles niveaux individuels.

Le problème est le même pour l'Afrique. Toujours selon un rapport du WWF présenté lundi 9 juin lors de la conférence ministérielle africaine sur l'environnement, l'Africain moyen a une empreinte écologique de 1,1 hectare. Pourtant, de plus en plus de pays africains consomment plus de ressources naturelles que leur territoire ne peut en produire, s'alarme le rapport, qui rappelle que la population africaine va doubler d'ici 2050, passant d'un huitième à un quart de la population mondiale.



(1) La moyenne mondiale est de 2,2 hectares par personne, avec de fortes disparités. La Chine est 69e sur les 147 nations mesurées

(2) Les empreintes écologiques d'un Nord-Américain et d'un Européen moyens sont respectivement de 9,4 et 4,8 hectares




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus