Arsenic: premier seuil limite mondial pour le riz complet

Le 28 juin 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un enjeu sanitaire et commercial
Un enjeu sanitaire et commercial
DR

Le Codex Alimentarius a enfin fixé une limite maximale d’arsenic dans le riz complet, deux ans après en avoir fixé une pour le riz blanc. Le seuil choisi, de 0,35 g/kg pour l’arsenic inorganique, est plus élevé que celui en place dans l’Union européenne, de 0,25 g/kg.

Entre autres méfaits (cardiovasculaires, neurotoxicité, retards de développement chez l’enfant, etc.), l’arsenic, en particulier celui de forme inorganique, est associé à un risque accru de cancer, probablement à très long terme. Or ce métal lourd abonde dans le riz, ce qui a conduit certains pays, dont le Danemark en mai 2013, à appeler à en limiter la consommation chez les enfants.

Comme d’autres aliments et à la différence de l’eau, le riz ne disposait pas, jusqu’en 2014, de limite maximale pour l’arsenic au niveau international. En juillet de cette année, le Codex Alimentarius, placé sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), en a édicté une première, de 0,2 mg/kg pour l’arsenic inorganique (le plus toxique), pour le riz blanc, celui décortiqué et rendu lisse.

Les experts n’avaient en revanche pu se mettre d’accord sur le riz complet (également appelé «riz brun» ou «riz cargo», uniquement décortiqué), avec des propositions oscillant entre 0,25 mg/kg et 0,40 mg/kg d’arsenic inorganique. Deux ans plus tard, ils sont enfin parvenus à trouver un consensus, lors de la 39ème session du Codex Alimentarius qui se tient du 27 au 30 juin à Rome.

Un consensus mou

Le seuil choisi est de 0,35 mg/kg. Selon les calculs du Codex, son intérêt sanitaire demeure assez léger: au niveau mondial, il permettrait de diminuer l’exposition de la population de seulement 4,3% (seulement pour l’arsenic issu du riz complet), tandis que seul 1,8% de ce riz dépasserait le seuil.

L’UE s’est montrée plus exigeante: elle était favorable à une limite de 0,25 mg/kg, qui aurait diminué l’exposition de 9,9%, mais avec 7,3% de riz complet écarté du marché. A l’inverse, l’Inde, deuxième producteur de riz derrière la Chine, souhaitait le fixer à 0,4 mg/kg (baisse d’exposition de 2,8%, 1% de dépassements).

L’UE est toutefois parvenue à imposer la possibilité d’une révision dans les trois ans qui suivront la promulgation de cette limite, à savoir lors de son inscription dans le «Code d’usages pour la prévention et la réduction de la contamination par l’arsenic dans le riz» établi par le Codex.

Des seuils européens depuis juin 2015

Depuis fin juin 2015, l’UE dispose, sur proposition de l’autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), de ses propres seuils d’arsenic inorganique dans le riz. Ils sont de 0,20 mg/kg pour le riz blanc, de 0,25 mg/kg pour le riz complet, de 0,30 mg/kg pour les produits dérivés (galettes de riz soufflé, gâteaux à la farine de riz, feuilles de riz), mais de 0,10 mg/kg pour le riz destiné à la production de denrées alimentaires pour les nourrissons et les enfants en bas âge.

En France, le riz ne constitue pas une importante source d’exposition à l’arsenic inorganique, selon l’étude EAT2 publiée en juin 2011. Chez l’adulte, 24% à 27% de l’exposition proviendrait de l’eau, 14% à 16% du café. Chez l’enfant, l’eau arrive aussi en première position (19%-24%), devant le lait (11%-17%) et les boissons rafraîchissantes sans alcool (10%-12%).

Si l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) n’exclut pas un risque pour une partie de la population, l’exposition à l’arsenic aurait baissé depuis l’étude EAT1 menée au début des années 2000: -25% pour les adultes et -15% chez les enfants pour l’arsenic total (formes organique et inorganique).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus