Arsenic: l’Efsa modère son estimation d’exposition

Le 12 mars 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les nourrissons et les jeunes enfants restent les plus exposés
Les nourrissons et les jeunes enfants restent les plus exposés

L’autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) revoit à la baisse ses estimations d’exposition de la population à l’arsenic inorganique, forme la plus toxique de ce métal lourd, dans un avis publié le 6 mars.

Parmi les effets sanitaires liés à une exposition à long terme à l’arsenic, des lésions cutanées, des maladies cardiovasculaires et certains cancers. Chose rare, l’Efsa a décidé de retirer, en 2009, la dose hebdomadaire tolérable (DHT) de l’arsenic, fixée à 15 microgrammes par kilogramme (µg/kg) de poids corporel, notant que des effets toxiques étaient observés en dessous.

En l’absence de limite maximale fixée au niveau européen, reste donc à l’Efsa à mesurer l’exposition dans la population européenne. Ce qu’elle vient de faire une nouvelle fois, grâce à l’analyse de 103.773 échantillons (eau incluse) prélevés dans 21 pays européens.

 

Nourrissons et enfants les plus exposés

Se basant sur de nouvelles données de consommation et une classification plus détaillée des aliments, l’Efsa aboutit à une estimation un peu plus basse que celle de son précédent avis, en 2009. Chez l’adulte, l’exposition moyenne serait ainsi comprise entre 0,09 et 0,38 µg/kg de poids corporel, contre 0,13 à 0,56 µg/kg auparavant.

Phénomène récurrent avec les contaminants chimiques, ce sont les nourrissons et jeunes enfants qui se trouvent le plus exposés à l’arsenic, avec une moyenne comprise entre 0,20 et 1,37 µg/kg de poids corporel. Dans cette classe d’âge, le lait et les produits laitiers sont les premiers contributeurs à l’exposition, tandis qu’il s’agit des produits à base de céréales chez l’adulte.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus