Arrêté Mâchefers: les recycleurs montent au créneau

Le 20 décembre 2011 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le nouvel arrêté du 18 novembre 2011 sur le recyclage des mâchefers en technique routière, publié au Journal officiel le 30 novembre, continue de faire grincer des dents.

A la colère d’Yprema (voir JDLE), se sont jointes les voix de deux autres recycleurs, Lingenheld et Moulin TP Modus Valoris. La société d’économie mixte Valenseine (Haute-Normandie) s’est également associée à eux pour interpeller le gouvernement. Ils demandent un remaniement de l’arrêté qui doit entrer en vigueur le 1er juillet 2012, estimant qu’il constitue un pas en arrière pour le recyclage des résidus de l’incinération des ordures ménagères.
 
Selon ce texte, qui remplace la vieille circulaire du 9 mai 1994, les mâchefers traités dans une installation de maturation et d’élaboration (IME) impliquent des obligations liées aux déchets, comme le suivi des mâchefers valorisés et leur traçabilité, ainsi qu’une procédure d’assurance de la qualité.
 
«Le tout nouvel arrêté ne reconnaît pas le statut de produit pour les graves de mâchefers. Alors que c’est le garant de la transformation de déchet en produit», déclarent-ils dans un communiqué commun.
 
Les recycleurs craignent surtout une hausse des coûts de traitement. Selon eux, la facture pour les collectivités locales pourrait quadrupler «sans aucune justification sanitaire ou environnementale». «Aujourd’hui, il faut compter environ 20 euros par tonne de mâchefers recyclés contre 80 € en moyenne pour une mise en décharge», affirment-ils.
 
En France, 3 millions de tonnes de mâchefers sont produites chaque année par les usines d’incinération des ordures ménagères.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus