Arrêt des dispositifs de surveillance entomologique et virologique de la fièvre catarrhale ovine en France continentale

Le 08 février 2013 par Foodsafety Vigilance
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Publié le 30/01/2013 par Alda Leung

Politique et Institutions > Politique

Par la note de service DGAL/SDSPA/N2013-8015 du 23 janvier 2013 le Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt annonce l'arrêt des dispositifs de surveillance entomologique et de surveillance virologique de la fièvre catarrhale ovine (FCO) en France continentale suite au recouvrement de statut indemne de ce territoire.

L’article 6 du règlement (CE) n° 1266/2007 du 26 octobre 2007 portant modalités d’application de la directive 2000/75/CE du Conseil en ce qui concerne la lutte contre la fièvre catarrhale du mouton, son suivi, sa surveillance et les restrictions applicables aux mouvements de certains animaux des espèces qui y sont sensibles, précise que "Les États membres notifient à la Commission leurs zones réglementées et toute évolution de la situation de ces zones".
 
Ainsi, les autorités françaises ont notifié à la Commission européenne le retrait de la France continentale de la liste des zones réglementées vis-à-vis de la fièvre catarrhale du mouton depuis le 14 décembre 2012. 
 
Des allègements de la surveillance ont par conséquent été adoptés. Le Maaf établit qu'il n'y a plus de nécessité à déterminer des périodes d'inactivité vectorielle et que le dispositif d'entomosurveillance est interrompu en France continentale. Depuis le 1er janvier 2013, les enquêtes virologiques mensuelles ont été remplacées par une enquête sérologique qui sera réalisée en automne sur des animaux jeunes et non vaccinés. En revanche, ce dispositif d'épidémiosurveillance est maintenu en Corse.
 
Pour rappel, le règlement (CE) n° 1266/2007 du 26 octobre 2007 établit les règles relatives à la lutte contre la fièvre catarrhale du mouton, à son suivi, à sa surveillance et aux restrictions en matière de mouvements des animaux dans les zones réglementées et à partir de celles-ci. Son article 2 prévoit "qu'on entend par "cas de fièvre catarrhale du mouton", un animal qui remplit au moins une des conditions suivantes:
i) il présente des signes cliniques évoquant la présence de la fièvre catarrhale du mouton;
ii) il s’agit d’un animal sentinelle dont les résultats sérologiques étaient négatifs lors d’une épreuve antérieure et qui est devenu séropositif pour les anticorps d’au moins un sérotype de la fièvre catarrhale du mouton depuis ladite épreuve;
iii) il s’agit d’un animal sur lequel le virus de la fièvre catarrhale du mouton a été isolé et identifié comme tel;
iv) il s’agit d’un animal positif lors d’épreuves sérologiques de dépistage de la fièvre catarrhale du mouton ou sur lequel a été identifié l’antigène ou l’acide ribonucléique (ARN) viral propre à un ou plusieurs sérotypes de la fièvre catarrhale du mouton.
De plus, un ensemble de données épidémiologiques doit indiquer que les signes cliniques ou les résultats des tests en laboratoire évoquant une infection par la fièvre catarrhale du mouton sont la conséquence de la circulation du virus dans l’exploitation où est détenu l’animal et ne résultent pas de l’introduction d’animaux vaccinés ou séropositifs provenant de zones réglementées".
 
Sources : Note de service DGAL/SDSPA/N2013-8015 du 23 janvier 2013 concernant l'arrêt des dispositifs de surveillance entomologique et virologique de la fièvre catarrhale ovine en France continentale, BO Maaf n° 4 du 25 janvier 2013
 
 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus