Areva va nettoyer l’eau de Fukushima

Le 20 avril 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Selon une dépêche AFP, le groupe nucléaire français Areva va fournir un système pour décontaminer l'eau radioactive sur le site de la centrale japonaise de Fukushima, a annoncé mardi 19 avril à Tokyo sa présidente, Anne Lauvergeon.

L'exploitant de la centrale Fukushima Dai Ichi (N°1), Tokyo Electric Power (Tepco), «a accepté notre proposition», a-t-elle dit au cours d'une conférence de presse. «Il s'agit d'un procédé pour traiter la contamination: nous allons injecter des produits chimiques dans l'eau contaminée et cette technologie doit permettre aux substances radioactives de se déposer au fond», a expliqué la présidente du groupe.

Dans un communiqué, Areva a précisé que sa méthode reposait «sur un principe de co-précipitation». «Ce procédé, développé par Areva et utilisé dans les installations de Marcoule et La Hague (France), prévoit l'utilisation de réactifs chimiques spécifiques qui permettent de séparer et récupérer les éléments radioactifs.» «Areva, de par son expertise, dispose de solutions pour ensuite traiter et gérer ces éléments», a assuré le groupe nucléaire.

Areva va amener et utiliser une «station d'épuration de gros débit, équipée du procédé de co-précipitation». Avec l’aide de Veolia, elle va isoler et fixer le césium, l’iode ou encore le strontium et permettre ainsi la récupération d’une eau 1.000 à 10.000 fois moins radioactive explique Les Echos. «Une fois traitées, et leurs niveaux de radioactivité réduits très significativement, les eaux pourront être réutilisées dans les circuits de refroidissement de la centrale», a détaillé Areva.

Depuis l'accident survenu le 11 mars lorsque le tsunami a endommagé les circuits électriques et de refroidissement des installations, Tepco a inondé ses réacteurs avec de l’eau de mer. Au total, 70.000 tonnes d'eau hautement radioactive stagnent sur le site et empêchent les ouvriers d'intervenir dans les installations pour rétablir les circuits de refroidissement de la centrale, située à 250 kilomètres au nord-est de Tokyo.

L'opérateur a commencé, mardi 19 avril, à pomper quelque 10.000 tonnes d'eau très radioactive qui a inondé le rez-de-chaussée de la salle des machines du réacteur 2, afin de les transvaser dans une installation de traitement des déchets d'une capacité de 30.000 t.

Mme Lauvergeon a laissé entendre que ces opérations «d'urgence» allaient débuter incessamment. «Tepco veut les voir commencer fin mai», a-t-elle dit. «Nous n'avons rien négocié en terme de prix», a-t-elle ajouté, disant «avoir confiance» en ses interlocuteurs japonais pour traiter ultérieurement du volet financier de la coopération.
 
L'opérateur Tepco a annoncé dimanche qu'il espérait stabiliser la situation des 4 réacteurs accidentés de sa centrale d'ici 6 à 9 mois.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus