Areva reconnaît sa pollution à l’américium

Le 26 janvier 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'usine de La Hague a bien relargué de l'américium sans autorisation. Voire du plutonium.
L'usine de La Hague a bien relargué de l'américium sans autorisation. Voire du plutonium.
DR

L’industriel va dépolluer un ruisseau contaminé, situé aux abords de son usine de La Hague.

La mauvaise passe de l’ex-leader mondial du nucléaire se poursuit. Jeudi 26 janvier, Areva a reconnu, devant la Commission locale d'information (CLI), que l’usine de retraitement des combustibles usés de La Hague (Manche) était bien à l’origine d’une légère pollution du ruisseau des Landes par de l’américium 241, un métal radioactif.

L’affaire n’est pas nouvelle. En octobre dernier, l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (Acro) avait signalé la présence indue de plusieurs radionucléides dans la source du ruisseau, parmi lesquels du cobalt-60, de l’iode-129, du césium-137 et de l’américium-241.

Une pollution qui annonce du plutonium

«La présence de ces 4 radionucléides artificiels, et plus particulièrement l’américium-241, dans les mousses (sphaignes) de la source du ruisseau des Landes est totalement anormale puisque ce ruisseau ne constitue pas un exutoire réglementaire des eaux pluviales recueillies sur le site d’Areva, comme peuvent l’être la Sainte-Hélène, les Combes ou les Moulinets, où il n’est pas rare de détecter ces éléments radioactifs», rappelait à l’époque l’association.

Si la concentration d’américium reste très faible (de l’ordre de 200 becquerels par kilo), sa présence sur ce site n’est pas expliquée par l’industriel. Devant les membres de la CLI, René Charbonnier, directeur adjoint de l’usine d’Areva, s’est engagé à dépolluer le ruisseau. Sans toutefois préciser le coût ni le calendrier de l’opération.

Cette pollution radioactive pourrait être ancienne, estime l’antenne locale de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). L’américium 241 est, en effet, issu de la désintégration du plutonium. Reste à savoir comment cette matière fissile s’est retrouvée dans le ru manchois.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus