Arctique: pêche (presque) interdite

Le 20 juillet 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La fonte de la calotte glaciaire pourrait réveiller des velléités de pêche
La fonte de la calotte glaciaire pourrait réveiller des velléités de pêche

La pêche commerciale a été interdite dans la partie internationale de l’Arctique, selon un accord signé à Oslo le 16 juillet entre les Etats-Unis, la Russie, le Canada, la Norvège et le Danemark (pour le Groenland). Cette interdiction temporaire s’applique à une zone dont la superficie s’élève à 2,8 millions de kilomètres carrés, soit 5 fois la France métropolitaine.

 

«Le changement climatique affecte les schémas de migration des poissons. Cet accord permet de prévenir d’éventuelles futures campagnes de pêche dans cette zone», a commenté le ministre norvégien des affaires étrangères Boerge Brende. Les Etats signataires souhaitent également que les grands pêcheurs comme la Chine, le Vietnam, la Corée du Sud ou l’Union européenne s’engagent formellement à ne pas s’aventurer dans l’océan Arctique. L’interdiction de pêche est prononcée «jusqu’à l’obtention de plus amples connaissances scientifiques et la mise en place de standards internationaux». La pêche commerciale reste toutefois autorisée dans les eaux territoriales des pays riverains, sauf des Etats-Unis et de la Norvège.

En 2012, plus de 2.000 scientifiques avaient appelé à la mise en place d’un accord de pêche international pour protéger les zones de l’Arctique où la banquise pourrait disparaître au cours des prochaines décennies. Selon le think tank américain Pew Research Center, 40% de la zone internationale de l’océan Arctique[1] n’était plus recouvert de glace en septembre 2012. La superficie hivernale de la calotte glaciaire avait par ailleurs atteint le 25 février dernier son plus bas niveau depuis le début de l’observation satellitaire en 1979.

 

Plus d’un an de retard

Cela fait plus d’un an que l’accord obtenu le 16 juillet était attendu. Ses grandes lignes avaient en effet été négociées dès février 2014 mais l’annexion de l’Ukraine par la Russie, en mars 2014, avait bloqué le processus diplomatique.

Dans un communiqué, Greenpeace a salué l’accord tout en regrettant qu’il ne soit pas permanent. «Il est clair que la plupart des pays signataires sont motivés par l’extraction des ressources plutôt que par leur protection et qu’ils perçoivent la fonte des glaces marines comme une opportunité de pêcher toujours plus au nord», a réagi Sophie Allain, chargée de campagne à Greenpeace International.

L’Arctique attise toujours les convoitises, en matière de pêche comme d’exploration pétrolière. En mai dernier, le groupe pétrolier Shell a obtenu le feu vert du gouvernement américain pour lancer une vaste campagne de recherche d’hydrocarbures dans la mer de Chukchi.



[1] La zone internationale de l’Arctique est comprise entre les zones économiques exclusives des 5 pays riverains (Etats-Unis, Russie, Canada, Norvège et Danemark).

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus