Aprochim: baisse de la pollution aux PCB

Le 06 juillet 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'usine Aprochim de Grez-en-Bouère
L'usine Aprochim de Grez-en-Bouère

Le dernier bilan de la Commission locale d’information et de surveillance (Clis), en charge de l’usine Aprochim de Grez-en-Bouère (Mayenne), montre des valeurs d’émission de PCB (polychlorobiphényles) à la baisse, selon un communiqué de la préfecture de Laval du 5 juillet. Des taux supérieurs à la norme ont toutefois été observés dans un périmètre de 400 mètres autour de l’usine, a précisé Jérôme Harnois, sous-préfet de Château-Gontier.

Les mesures de surveillance imposées à l’entreprise ont été définies dans un arrêté préfectoral du 12 avril 2012, qui précise également les valeurs-limites d’émission autorisées.

En matière d’environnement, des parcelles témoins –dans un rayon de 1.800 m- font l’objet de prélèvements d’herbe trimestriels. Les derniers résultats montrent que le seuil règlementaire de 1,25 picogramme par gramme (pg/g) a été dépassé dans 2 parcelles sur 9, précisément situées à 400 m de l’entreprise. La création d’une servitude d’utilité publique est actuellement à l’étude. De nouvelles analyses seront réalisées en septembre prochain.

Les retombées atmosphériques liées aux émissions canalisées et diffuses sont surveillées par des jauges Owen à l’intérieur et en dehors du site de l’entreprise. 12 prélèvements de sols, effectués en janvier 2012, ont révélé des teneurs en PCB-Dioxin-like proches ou très inférieures au bruit de fond national qui s’élève à 1 pg/g.

Les eaux superficielles et celles des sédiments du Ru, le ruisseau bordant l’entreprise sont également analysées. Sur ce plan, aucun impact n’a été constaté.

Au niveau de l’entreprise, des mesures bimestrielles sont effectuées en sortie de cheminée. D’autres points de rejet, comme les ateliers de déchloration, sont mesurés deux fois par an. Par ailleurs, des contrôles inopinés sont réalisés par les services de l’Etat.

Enfin, parmi les produits agricoles, le lait est surveillé chaque trimestre et la viande chaque semestre, au sein de deux exploitations.

A ce jour, plus de 720.000 euros d’indemnisations ont été versées à des agriculteurs, pour rembourser les animaux abattus, les pertes de lait et les fourrages déclarés non conformes. Toutefois, les négociations avec près d’une dizaine d’exploitants n’ayant pas abouti, un médiateur est sur le point d’être nommé pour trouver une issue à ces litiges.

Des taux anormalement élevés de PCB avaient été détectés en janvier 2011 dans la production de lait, de viande et d’œufs de plusieurs fermes voisines de l’usine d’Aprochim, spécialisée dans le traitement de déchets contaminés (en particulier des transformateurs électriques). L’entreprise reste soumise à une limitation à 50% de son activité et a dû améliorer ses dispositifs de canalisation et de filtration de rejets.

Une information judiciaire pour mise en danger de la vie d’autrui et pollution environnementale a été ouverte le 14 décembre par le procureur de Laval (voir JDLE).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus