Après la grimace, le nucléaire japonais retrouve le sourire

Le 18 décembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Il y a quelques jours encore, les responsables de Tepco ont reconnu leur irresponsabilité.
Il y a quelques jours encore, les responsables de Tepco ont reconnu leur irresponsabilité.

Vingt et un mois après la catastrophe de Fukushima, le secteur nucléaire nippon reprend des couleurs.

A la bourse, tout du moins. Dans les heures qui ont suivi l’écrasante victoire du parti libéral démocrate japonais (PLD), le Topix (indice boursier mesurant les performances des sociétés énergétiques) s’est affermi de 2,2%. Le cours de l’action de Tepco gagnant même 13% en une séance: du jamais vu depuis deux ans!

Les raisons de cet enthousiasme boursier? Le fait que le PLD, grand vainqueur des légilslatives de dimanche, ait conduit 6 décennies durant le programme électronucléaire de l’archipel tambour battant, parfois au détriment de la sécurité des populations et de la sûreté des installations. Selon de nombreux observateurs de la politique énergétique locale, le PLD pourrait revenir sur l’arrêt progressif du nucléaire, ordonné il y a quelques mois par le gouvernement sortant porté par le parti démocrate du Japon (PDJ), aujourd’hui défait.

Le 27 novembre, Hiroyuki Hosoda, l’un des pontes du PDJ, estimait que le Japon devait redémarrer ses centrales nucléaires pour ne pas subir les prix élevés du pétrole, du charbon et du gaz.

Pour autant, une grande relance de l’atome civil semble exclue. Lancée par le mouvement des 10 millions, une pétition demandant l’arrêt de tous les réacteurs a déjà recueilli 8,2 millions de signatures, selon les promoteurs de l’initiative. Une demande soutenue par un Japonais sur deux, selon les derniers sondages.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus