Après-Kyoto: le dialogue Nord-Sud toujours difficile

Le 18 mars 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Outre le G8 (1), 12 grands pays émergents –dont la Chine, l'Inde, le Mexique et l'Afrique du Sud – étaient réunis le week-end dernier à Makuhari, dans la banlieue de Tokyo. A deux semaines du lancement officiel, à Bangkok, du processus de la feuille de route de Bali, qui doit permettre de conclure un accord international sur le climat en 2009, cette réunion était la première depuis la conférence de Bali en décembre.

Le G20 climat, rebaptisé officieusement «réunion des 20 pays les plus polluants de la planète», a réaffirmé le principe d'une «responsabilité commune mais différenciée pour négocier le prochain accord à appliquer à partir de 2013», selon le ministre japonais chargé de l'environnement, Ichiro Kamoshita. Ces pays totalisent 80% des émissions de GES.

Mais le principe même de la réunion a avivé les tensions. Ainsi, l'Afrique du Sud n'a pas apprécié la notion de «20 principaux pollueurs» associée au forum, au vu de l'écart séparant les pays du Nord de ceux du Sud. Le représentant indien a refusé que son pays soit considéré comme «grand pollueur», soulignant que l'Inde produisait une tonne d'émissions de GES par an et par habitant, contre 20 aux Etats-Unis.

La lutte contre le changement climatique et ses coulisses diplomatiques réalimentent le clivage Nord-Sud. L'ancien Premier ministre britannique Tony Blair, ouvrant les débats samedi 15 mars en tant que chef d'un groupe d'experts internationaux destiné à favoriser l'élaboration d'un compromis international sur le sujet, a pourtant souligné que des efforts devaient être faits, tant par les pays riches, dont les émissions «devront s'approcher de zéro», que par les pays pauvres, dont les émissions de GES «devront à terme, baisser au fur et à mesure de leur industrialisation».



(1) Etats-Unis, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie, Canada et Russie




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus