Appel à restaurer les stocks de poissons européens

Le 18 septembre 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La reconstitution de stocks halieutiques s'impose
La reconstitution de stocks halieutiques s'impose

Une nouvelle étude, démontrant les bénéfices économiques de la restauration des stocks halieutiques dans l’Union européenne, s’adresse tout particulièrement aux responsables en charge de la politique commune de la pêche. Elle estime que l’arrêt temporaire de pêcher certaines espèces permettrait aux stocks de se reconstituer de façon durable en 5 ans.

Intitulé «No catch investment» («investissement sans captures»), ce rapport a été publié le 14 septembre par le think tank britannique New Economics Foundation (NEF). Il s’est penché sur la situation de 54 stocks de poissons situés dans le nord-est de l’Atlantique, et en particulier sur l’hypothèse d’arrêter temporairement la pêche de 49 stocks actuellement surexploités à partir du 1er janvier 2013.

Il conclut qu’un investissement de 10,56 milliards d’euros, pendant 9 ans, dans le gel de certaines pêches (pour indemniser les flottes) permettrait de générer un bénéfice de 5,1 Md€ d’ici 2023.

Quand les stocks seront reconstitués, la valeur totale des prises sera par ailleurs presque triplée, avec une prévision de 16,85 Md€ par an (2,7 fois plus que les bénéfices enregistrés en 2010).

Les experts ont donc calculé un retour sur investissement de 148% au terme de la période de transition, prévue en 2023. En résumé, 1€ investi dans cet arrêt rapportera 1,48€ pendant les 9 premières années.

Le bénéfice sera même plus important à plus long terme: 14€ net pour 1€ investi d’ici 2052.

Le rapport préconise de recourir à des financements privés pour réaliser l’arrêt temporaire de certaines pêcheries, tandis qu’un financement public (comme le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche) pourrait créer le contexte favorable à cet investissement. A noter que les subventions à la pêche ne seront plus nécessaires.

Si la plupart des stocks de poissons étudiés seront reconstitués en l’espace de 5 ans, comme la morue islandaise, les merlus, maquereaux et merlans, il faut en revanche compter 10 ans pour certains stocks comme la morue de la mer du Nord.

«La poursuite de la surpêche est néfaste pour les économies européennes. La reconstitution des stocks de poissons signifie plus d’emplois, plus de revenus pour les communautés côtières et moins de dépendance du secteur aux subventions financées par les contribuables. Elle est parfaitement logique d’un point de vue économique et environnemental», a déclaré Aniol Esteban, co-auteure du rapport.

Ce rapport devrait intéresser les eurodéputés, qui ont décidé le 12 septembre de lancer un règlement interdisant l’importation dans l’UE de poissons provenant de stocks surexploités, en particulier de l’Atlantique du Nord-Est (voir JDLE).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus