Apiculture: la production atteint un minimum historique

Le 22 septembre 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'apiculture replonge
L'apiculture replonge
DR

Année noire pour l’apiculture française: après une légère embellie en 2015, avec environ 15.000 tonnes de miel produites, la production a atteint son plus bas niveau en 2016, avec seulement 9.000 tonnes, a annoncé l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf) ce jeudi 22 septembre. En cause, de très mauvaises conditions climatiques.

Après une très mauvaise année 2014 (10.000 tonnes de miel produites), l’année 2015 avait constitué un léger répit dans la chute inexorable de la production française, avec 15.000 à 17.000 tonnes -13.000 tonnes selon le Syndicat national de l’apiculture (SNA). Or 2016 s’avère de nouveau une année très mauvaise, avec seulement 9.000 tonnes, la plus faible production jamais enregistrée.

Depuis son arrivée en France en 2004, le frelon asiatique a gagné du terrain: Espagne, Portugal, Italie, Belgique et Allemagne… et Royaume-Uni. C’est le département britannique de l’environnement, de l’alimentation et des affaires rurales (Defra) qui l’a annoncé mardi 20 septembre: deux individus, l’un vivant et l’autre mort, ont été observés près de Tetley dans le Gloucestershire (sud-ouest du pays). Cet été, des individus avaient été repérés dans les îles Anglo-Normandes de Jersey et d’Aurigny.

Si les abeilles continuent à souffrir de l’agriculture intensive, des pesticides, de plusieurs maladies et du frelon asiatique, cette chute s’expliquerait par de très mauvaises conditions climatiques: pluies abondantes et printemps tardif, grande sécheresse et vent du nord.

Toutes régions et productions

«Dans toutes les régions, et en particulier dans les grandes régions de production comme Provence Alpes Côte-d’Azur, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, les récoltes sont en baisse de 60 à 80%», souligne l’Unaf.

Toutes les productions sont touchées, notamment les miels de tilleul, de thym et de romarin, «très faibles dans la plupart des régions», ainsi que le miel de lavande, «si ce n’est dans quelques terroirs de la Drôme où la récolte a été tout juste moyenne». «Seule la récolte de miel de bruyère a été relativement bonne», constate l’Unaf.

Pour faire face à cette situation désastreuse, l’Unaf demande, dans une lettre adressée mercredi 21 septembre au ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, la reconnaissance du statut de calamité agricole, ainsi que des aides financières, notamment pour les jeunes apiculteurs. Par ailleurs, le président de l’Unaf, Gilles Lanio, demande un versement plus rapide des subventions liées à la mesure agro-environnementale et climatique (Maec) apiculture, souvent en retard selon lui.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus