Antennes: des villes pilotes pour le seuil de 0,6 V/m

Le 07 mai 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Mercredi 6 mai, à l’occasion de la première réunion thématique de la table ronde «Radiofréquences, santé et environnement», l'association Robin des toits a proposé de tester dans plusieurs villes pilotes le seuil qu’elle préconise de 0,6 volt par mètre (V/m) d'exposition aux antennes-relais de téléphonie mobile.

Parmi les communes, rurales et urbaines, volontaires pour cette expérimentation, figurent Courbevoie (Hauts-de-Seine), Hérouville-Saint-Clair (Calvados), Le Vigan (Gard) et Niergnies (Nord). Il s'agirait de tester «un système dans lequel les personnes ne seraient jamais exposées à plus de 0,6 V/m», a déclaré à l'AFP Etienne Cendrier, porte-parole de l’association. Ce test concernerait le niveau d'exposition, c'est à dire «la dose que les gens prennent», et pas la puissance des antennes. Aujourd’hui, les valeurs limites d'émission des antennes sont de 41 à 61 V/m selon les fréquences utilisées (1). «Si le seuil de 0,6 V/m était retenu pour l'exposition des personnes à l'intérieur des maisons, il faudrait couvrir la France avec un nombre extraordinairement élevé d'antennes», a fait valoir à l’AFP Jean-Marie Danjou, délégué général de l'Association française des opérateurs mobiles (Afom).

Lundi 4 mai, une école proche d’une antenne-relais a été fermée au motif du principe de précaution, suite à un arrêté de fermeture temporaire pris par le maire de la commune de Château-Thierry (Aisne). L'opérateur Orange avait obtenu de la municipalité «une autorisation d'exploitation à une distance de 98 mètres par rapport à l'école, alors que dans les faits, elle se situe à 68 m de l'école», a indiqué le maire à l’AFP. Les 180 élèves ont été répartis dans les autres écoles de la ville. Le porte-parole d'Orange s’est déclaré «assez surpris» de la décision du maire soulignant qu'il n'existait «aucune réglementation nationale ou européenne évoquant une obligation de distance minimale» entre une antenne-relais et une école.

Denis Baupin, adjoint (Verts) au maire de Paris, qui a participé au nom de l'Association des maires des grandes villes de France (AMGVF) à la réunion du «Grenelle des ondes» a plaidé en faveur d'une réglementation sur la puissance des antennes. Il a aussi évoqué une proposition de l'AMGVF: créer des «plans d'occupation des toits» ou des «plans de déploiement des antennes» municipaux, permettant par exemple de privilégier des mini-antennes.

Jean-François Girard, président des réunions thématiques a indiqué la tenue d’une réunion supplémentaire le 20 mai, quelques jours avant la table ronde finale prévue le 25 mai.

Janine Le Calvez, présidente de l'association Priartem (2) a constaté une volonté d'ouverture et de dialogue. "Le terme 'incertitudes'employé à plusieurs reprises quant à l'impact des antennes démontre une inflexion du débat". Conformément aux attentes des associations, l'Etat s'est engagé à convoquer deux experts scientifiques, Michaël Kundi, épidémiologiste à l’université de médecine de Vienne (Autriche) et Lennart Hardell, professeur en cancérologie à l’université d’Orebro (Suède) ainsi qu'un représentant de la ville de Salzbourg (Autriche) qui impose un seuil de 0,6V/m.

(1) 41 V/m pour les GSM (900 MHz), 58 V/m pour les DCS (1.800 MHz) et 61 V/m pour l’UMTS (2.100 MHz)
(2) Pour une réglementation des antennes-relais de téléphonie mobile


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus