Antennes: après Bouygues, SFR condamné au démontage

Le 04 mars 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L’opérateur SFR a été condamné le 16 février par le tribunal de grande instance de Carpentras (Vaucluse) à démonter une antenne-relais en raison de sa nuisance esthétique et de l'incertitude de son impact sanitaire, selon un communiqué de l'association Robin des Toits du 2 mars.

Le 4 février, Bouygues Telecom avait été condamné au démontage d’une antenne par la cour d'appel de Versailles, une première en France (1).
Dans son jugement, le tribunal de Carpentras se réfère à la condamnation de Bouygues et mentionne l’incapacité pour SFR de garantir l’absence de risque sanitaire. «Il y a fort à parier que la moisson va croître en abondance», s'est félicité Robin des Toits. SFR a toutefois fait appel, selon l’AFP.

Par ailleurs, un amendement relatif à une révision des seuils d'exposition aux champs électromagnétiques a été déposé par le député Jean-Marie Rolland (UMP, Yonne) au projet de loi de réforme de l'hôpital, en cours d’examen à l’Assemblée nationale, selon un communiqué des associations Agir pour l’environnement et Priartem du 3 mars.

(1) Dans le JDLE «Antennes-relais: un opérateur condamné en appel»


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus