Antennes: après Bouygues, SFR condamné au démontage

Le 04 mars 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’opérateur SFR a été condamné le 16 février par le tribunal de grande instance de Carpentras (Vaucluse) à démonter une antenne-relais en raison de sa nuisance esthétique et de l'incertitude de son impact sanitaire, selon un communiqué de l'association Robin des Toits du 2 mars.

Le 4 février, Bouygues Telecom avait été condamné au démontage d’une antenne par la cour d'appel de Versailles, une première en France (1).
Dans son jugement, le tribunal de Carpentras se réfère à la condamnation de Bouygues et mentionne l’incapacité pour SFR de garantir l’absence de risque sanitaire. «Il y a fort à parier que la moisson va croître en abondance», s'est félicité Robin des Toits. SFR a toutefois fait appel, selon l’AFP.

Par ailleurs, un amendement relatif à une révision des seuils d'exposition aux champs électromagnétiques a été déposé par le député Jean-Marie Rolland (UMP, Yonne) au projet de loi de réforme de l'hôpital, en cours d’examen à l’Assemblée nationale, selon un communiqué des associations Agir pour l’environnement et Priartem du 3 mars.

(1) Dans le JDLE «Antennes-relais: un opérateur condamné en appel»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus