Anses 2012: demandez le programme

Le 07 février 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les risques microbiologiques, la santé des abeilles et les nanomatériaux seront les trois grands thèmes sur lesquels l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) souhaite se mobiliser en 2012.

En ce qui concerne les risques microbiologiques dans l'alimentation, c’est l’épidémie liée à la contamination par la bactérie E.coli O104:H4 qui a affecté plus de 3.500 personnes, ou encore les épisodes de contamination de produits végétaux qui ont eu lieu récemment en Angleterre et aux Etats-Unis, qui incitent l’agence à renforcer la vigilance vis-à-vis de ces risques.

Ainsi en 2012, l'Anses souhaite mettre en place un volet sanitaire de l'observatoire de l'alimentation permettant de centraliser toutes les données disponibles sur les dangers microbiologiques et chimiques dans les aliments. Elle souhaite écrire un guide reprenant l'ensemble des recommandations faites aux consommateurs en matière d'hygiène alimentaire et mener des travaux de recherche permettant d'améliorer les méthodes de diagnostic et la surveillance des pathogènes alimentaires majeurs et émergents.

Deuxième thématique forte: les abeilles. L’Anses participera à la mise en place d'un dispositif de surveillance épidémiologique des maladies des abeilles afin de déterminer de manière objective leur état de santé. En parallèle, l’agence mettra en œuvre les nouvelles règles établies au niveau européen pour l'évaluation des risques des produits phytosanitaires pour les abeilles, et, plus généralement, pour l'environnement. Enfin, l'Anses formera d'ici septembre 2012 un groupe d'experts destiné à mieux comprendre les effets des co-expositions des abeilles à des toxiques et des agents pathogènes, avant la publication de recommandations, prévue d'ici 2014, pour une prise en compte dans la réglementation.

Dernière thématique abordée, celle des nanomatériaux. Selon l’Anses, «parmi les risques émergents, les enjeux sanitaires liés au développement des nanomatériaux manufacturés occupent une place importante». L'Anses souhaite donc mettre en place, pour les nanomatériaux, le même type de dispositif que celui qu'elle a créé pour les radiofréquences en 2011. Le groupe de travail pérenne «Nanomatériaux et santé -alimentation, environnement, travail» devrait voir le jour en 2012 afin de suivre, en temps réel, l'actualité scientifique sur le sujet. L’Anses prévoit également de créer un comité de dialogue destiné à ouvrir les débats scientifiques sur les grands enjeux de l'exposition, de la méthodologie de l'évaluation de risque ou de la connaissance des risques sanitaires.

Mais l’agence ne veut pas abandonner pour autant son travail engagé l'année dernière concernant l'antibiorésistance, l'évaluation des risques pour les travailleurs agricoles exposés aux pesticides, les contaminants de l'alimentation, les radiofréquences ou encore les perturbateurs endocriniens.

En 2011, l'Anses a créé un comité de déontologie et de prévention des conflits d'intérêt, anticipant ainsi une des exigences de la nouvelle loi relative à la réforme du médicament. 2012 sera marquée par la finalisation d'un nouveau contrat d'objectifs et de performance avec l'Etat pour la période 2012-2015.

Dans le cadre du programme national de recherche Environnement-santé-travail, un appel à projets de recherche est lancé chaque année grâce à des fonds confiés à l'Anses. Il est alimenté par un budget délégué à l'Anses par les ministères chargés de l'environnement et du travail, auquel s'ajoutent les produits de la taxe sur les émetteurs radiofréquences et les fonds des établissements partenaires (Ademe, Itmo cancer, Onema). Pour 2012, le montant total des financements devrait être supérieur à 6 millions d'euros.

L'appel à projets 2012 porte sur l'évaluation et l'analyse des risques environnementaux pour la santé humaine, en population générale ou au travail, couvrant ainsi les risques sanitaires liés aux agents chimiques, biologiques ou aux pesticides, et à ceux liés aux nouvelles technologies. Il inclut également des approches transverses, notamment à travers la question du cancer. Cet appel à projets devra prendre en compte les questions relatives aux effets des radiofréquences sur la santé.

En 2011, 224 propositions ont été reçues par l'Anses et 38 projets ont été financés pour un montant total de 5,3 M€.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus