Année énergétique mitigée pour la France

Le 21 avril 2006 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le ministre délégué à l’industrie, François Loos, a annoncé le 27 avril tout à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle.

La mauvaise, c'est que le montant de la facture énergétique de la France a progressé de 35%, l'an passé, pour s'établir à 38 milliards d'euros. «La bonne nouvelle, a précisé le ministre, c'est que le poids de l'énergie reste deux fois moins lourd qu'en 1981.» Certes, mais pour les ménages actuels, l'inflation est bien perceptible. Un «foyer moyen» a dépensé, en 2005, 5,9% de plus qu'en 2004 pour se chauffer et 10,3% de plus pour sa voiture. «Globalement, un foyer a consacré 1.300 euros par an pour se chauffer et s'éclairer et 1.000 euros de carburants», a expliqué François Loos. L'essentiel de la facture provient, bien sûr, des dépenses d'hydrocarbures, mais aussi de charbon. Une précieuse houille qu'il a bien fallu acheter pour compenser les faiblesses de la production hydroélectrique. Ce qui offre du même coup à la France une légère augmentation de ses émissions de CO2: +0,3% (14% pour le seul secteur de la production d'électricité).

L'inflation des prix de l'énergie a quelques heureuses conséquences. Sur le plan industriel, l'efficacité énergétique finale baisse de 1,6%. Une performance assez proche de celle demandée par la loi de 2005 pour 2015 (-2%). Les consommateurs changent petit à petit de comportement. Pour avoir moins pris l'avion et leur voiture, les Français ont fait baisser de 1,1% la consommation de carburants. Plus inquiétant, constate le ministre, «dans l'habitat neuf, il y a un engouement pour les installations de chauffage électrique»; un système de chauffage dont les performances énergétiques sont particulièrement désastreuses. Un engouement dont on n'ose pas croire qu'il soit à l'origine du démarrage retardé des certificats d'économie d'énergie. Instrument dont le ministre a situé le lancement «dans quelques semaines ou quelques mois.» Les nouveaux tarifs gaziers, en revanche, seront connus plus tôt: sans doute à l'issue de la prochaine réunion de la Commission de régulation de l'énergie, le 28 avril. A la question de savoir si les tarifs de l'électricité allaient suivre une pente comparable à celle du gaz, le ministre s'est contenté de répondre qu'il n'était pas «obligé de suivre la demande d'EDF.»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus