Annecy pompe l’eau du lac pour chauffer un nouveau quartier

Le 21 février 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La boucle d'eau s'étendra sur 400 mètres
La boucle d'eau s'étendra sur 400 mètres

Un nouveau quartier de la ville d’Annecy (Haute-Savoie) sera chauffé et rafraîchi par un réseau alimenté par l’eau du lac.

Déjà testé avec succès côté suisse, le pompage de l’eau du lac devrait débuter à l’automne 2021 à Annecy. But de l’opération: chauffer et rafraîchir 18 bâtiments d’habitation, une residence senior, un hôtel et un futur centre nautique.

Lancés au printemps, les travaux de construction de cette «boucle d’eau» longue de 400 mètres sont confiés aux sociétés SGI Ingénierie et Idex Territoires.

A 20 mètres de profondeur

Par ce dispositif hydrothermique, l’eau est tout d’abord captée dans le lac, à 20 mètres de profondeur, où elle affiche une température constante de 7°C, été comme hiver. Elle est ensuite chauffée et injectée dans le réseau de chaleur. Puis refroidie et restituée au lac sans traitement.

Selon le groupe Idex, l’installation couvrira 100% des besoins en climatisation (400 MWh par an) et 95% des besoins en chauffage et en eau chaude sanitaire (11.000 MWh par an), le reste étant assuré par des chaudières au gaz.

L’équipement permettra aussi de réduire les émissions de CO2 liés au chauffage des logements de 2.250 tonnes de CO2 par an.

«A titre de comparaison, on pompe chaque année 10 fois plus d’eau dans le lac pour alimenter le réseau d’eau potable», explique Thierry Billet, conseiller au développement durable d’Annecy. En plus de réduire les émissions de CO2, le dispositif va permettre aux habitants d’alléger leur facture. Aucun chiffre n’est toutefois donné sur le prix par logement.

5,7 millions d'euros

Selon le groupe Idex, le coût de l’investissement de ce réseau de chaleur et de froid d’un nouveau genre s’élève à 5 millions d’euros, financé à hauteur de 1,7 M€ par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

Les 1.500 premiers logements chauffés par le lac font partie du projet immobilier des Trésums en cours de construction sur les rives. Si l’opération réussit, d’autres logements à proximité pourraient être raccordés à la boucle d’eau.