Anne Hidalgo réduit un peu plus la place de la voiture à Paris

Le 09 janvier 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les piétons et les cyclistes viendront-ils rue de Rivoli?
Les piétons et les cyclistes viendront-ils rue de Rivoli?

Loin de céder aux opposants à la piétonisation des berges de la rive gauche, la maire de Paris a présenté, le 6 janvier, de nouvelles mesures en faveur des transports doux.

 

«La première urgence est climatique. N’oublions pas que moins de voitures, cela veut dire moins de pollution. 2017 sera l’année du vélo», a déclaré la maire socialiste de Paris. Pour réduire davantage la place de la voiture, l’édile propose tout d’abord de créer une ligne de bus-tram électrique, à double sens, sur les quais hauts de la rive droite, dès septembre 2018. Sans rail ni caténaire, cette ligne permettra de transporter plusieurs milliers de personnes par jour. Long de 18 à 24 mètres, chaque véhicule pourra accueillir de 100 à 180 passagers.

 

2017, année du vélo

Deuxième mesure: de nouvelles pistes de vélo. La première sera à double sens dans la très chargée rue de Rivoli. Une autre est à l’étude, au centre ou sur les côtés des Champs Elysées. Ces deux artères sont parmi les plus utilisées par les automobilistes franciliens.

«Mécaniquement, la place de la voiture doit être divisée par deux dans la rue de Rivoli et sur les quais hauts de la rive droite», assure l’équipe municipale. Pour créer ces nouveaux équipements, il faudra en effet réduire les voies réservées aux voitures.

 

35 M€ d’ici 2020

«La concertation et les études de préfiguration se tiendront en 2017, pour une mise en place progressive à partir de 2018. Nous sommes en mesure d’aller vite car il s’agit d’aménagements légers, budgétés à 35 millions d’euros d’ici la fin de la mandature», a précisé Christophe Najdovski, maire adjoint en charge des transports (Europe Ecologie-Les Verts). Il faudra encore y ajouter le coût du matériel roulant qui revient à la charge du Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif), présidé par Valérie Pécresse, opposante numéro 1 à la piétonisation des berges. La nouvelle présidente du conseil régional avait toutefois, dans le passé, recommandé d’électrifier cette ligne. 

 

Jardin des deux rives

Un immense jardin de plus de 8 hectares -le Parc des rives de Seine- doit aussi occuper les deux rives, dès le printemps. Il sera complété par des aires de jeu et des équipements sportifs. Une façon de prolonger tout au long de l’année l’atmosphère de Paris Plages, réservée aux piétons.

Enfin, un sommet international se tiendra dans la capitale au printemps pour préciser la sortie du diesel en 2020. Une conférence «à laquelle sont conviés les constructeurs automobiles», précise la maire de Paris. 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus