Angela Merkel embraye sur le véhicule électrique

Le 16 mai 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Multiplier par 400.000, en moins de 10 ans, le nombre de voitures électriques en circulation, sans plomber les comptes publics: tel est l'ambitieux projet que la chancelière allemande a présenté ce lundi 16 mai lors d'une conférence de presse à Berlin. L'Allemagne doit devenir l'un des premiers vendeurs et l'un des premiers marchés mondiaux pour la voiture électrique.

Alors qu'entre 2.000 et 3.000 voitures électriques seulement roulent aujourd'hui dans le pays, le gouvernement allemand entend porter le chiffre à 1 million en 2020, puis 6 millions en 2030.
A l'heure actuelle quelque 40 millions de véhicules sont immatriculés dans le pays.

Berlin entend certes doubler, à deux milliards d'euros au total, les subventions accordées à la recherche et au développement de la voiture électrique, mais la chancelière ne veut pas d'une prime à l'achat pour doper les ventes, une voie choisie par la France par exemple.

Une prime à l'achat n'est pas une bonne réponse à ce qui est l'un des principaux handicaps de la voiture à batterie, à savoir son prix prohibitif, a-t-elle jugé.

Une voiture électrique i-Miev de Mitsubishi, l'une des premières à être fabriquées en masse, se vend à plus de 30.000 €, alors qu'il s'agit d'un modèle d'entrée de gamme.

Le gouvernement allemand va toutefois tâcher d'alléger la facture des futurs acheteurs par une voie indirecte. Angela Merkel a annoncé lundi que toute voiture qui émet moins de 50 grammes au kilomètre, ce qui exclut les modèles à essence ou gazole, serait dispensée de vignette pendant 10 ans.

La chancelière a aussi promis de revoir la fiscalité sur les véhicules de fonction, jusqu'ici taxés en fonction du prix d'achat, ce qui désavantage les coûteuses voitures électriques.

Le droit d'utiliser les voies de bus ainsi que des places de stationnement et de recharge gratuites doivent également stimuler l'appétit des Allemands pour cette nouvelle technologie.

Enfin le gouvernement allemand promet que 10% de ses achats ou locations d'automobiles seront des modèles électriques.
Angela Merkel n'a toutefois pas totalement fermé la porte à de plus gros efforts publics, en assurant vouloir vérifier chaque année les progrès de ce programme d'électromobilité.

Elle a également reconnu que la voiture électrique était l'objet d'une concurrence internationale et qu'il ne sera pas simple pour l'Allemagne de s'imposer.

Plutôt lente au démarrage, la puissante industrie automobile allemande s'est lancée dans la course à l'électrique, qui sera le thème dominant du salon de Francfort en septembre cette année.

Les principaux constructeurs du pays promettent des modèles tout-électriques en 2013.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus