Amorce propose une consigne alternative

Le 04 septembre 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'association de collectivités vise les déchets jetés dans les lieux publics, les cafés, hôtels et restaurants
L'association de collectivités vise les déchets jetés dans les lieux publics, les cafés, hôtels et restaurants

Alors que les modalités de la consigne made in France ne sont toujours pas connues (cf encadré), Amorce propose de l’expérimenter sur un gisement jusqu’ici sorti des radars du recyclage. Soit les bouteilles et canettes consommées dans la restauration et les lieux publics.

 

Contraire à la prévention

Opposée à un dispositif visant les bouteilles et/ou les canettes déjà collectées par les collectivités, l’association rappelle que le gisement récolté serait minime (environ 550.000 tonnes de bouteilles en plastique par an), que la solution irait à l’encontre de la prévention (en adoubant la consommation d’eau en bouteille génératrice de déchets plutôt que d’eau du robinet) et serait payée par le consommateur (le prix d’achat d’une bouteille serait revu à la hausse).

 

«Un enjeu majeur de collecte»

Au contraire, «une consigne visant les bouteilles et canettes jetées hors du domicile, dans les lieux publics et la restauration, représente un enjeu majeur de collecte», affirme Nicolas Garnier, délégué général d’Amorce. A eux seuls, les cafés, hôtels et restaurants jettent chaque année 68.000 tonnes de bouteilles et de canettes consommées. Aucune estimation n’est en revanche disponible dans les innombrables lieux publics (parcs, transports, lieux culturels). Cette solution bénéficie du soutien de la fédération du recyclage Federec. Son président Jean-Philippe Carpentier appelle plus largement à «un plan Marshall pour la collecte en milieu urbain dense et pour le hors foyer».

Dans les starting-blocks / Installé en juin dernier, le comité de pilotage sur la consigne –présidé par Jacques Vernier- doit rendre sa copie à la mi-septembre. Selon les informations d’Amorce, le ministère de la transition écologique n’est pas favorable au dispositif proposé par le Collectif Boissons, analysé par nos confrères d’Emballages Magazine.

 

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus