Amiante naturelle: une exposition limitée des riverains

Le 21 janvier 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’exposition à l’amiante des populations riveraines de roches amiantifères se révèle globalement faible, selon un rapport de l’Institut de veille sanitaire (InVS) publié mercredi 14 janvier (1).

Ce rapport répond à une saisine de la Direction générale de la santé (DGS) de 2003, pour estimer l’exposition aux fibres d’amiante des populations riveraines des anciens sites industriels d’exploitation de l’amiante et d’un affleurement de roches amiantifères en France continentale (2). Pour des raisons de faisabilité, l’InVS a toutefois renoncé à l’évaluation des anciens sites industriels pour se concentrer sur l’étude des sites d’affleurement naturels.

Lorsque l’émission des fibres est due au vent, les teneurs dans l’air à proximité des habitations restent très faibles. En revanche, lorsqu’elle résulte d’un facteur humain (déplacements, manipulation de roche), les taux mesurés sont plus élevés (3). «Il faut toutefois relativiser ces niveaux d’émission, compte tenu des circonstances d’exposition ponctuelles et des effectifs réduits de population fréquentant ces sites localisés en haute montagne, et recouverts par la neige une partie de l’année», souligne l’InVS.

Trois sites parmi les 14 étudiés sont apparus plus risqués, situés sur les communes de Lanslebourg et de Termignon (73) et de Château-Ville-Vieille (05). Des mesures de prévention ont été sollicitées pour les deux derniers. La mise à nu, à l’occasion de travaux de terrassement par exemple, d’autres roches amiantifères recensées sur le territoire, demeure un facteur de risque à prendre en compte.

Une étude visant à comparer les risques de mésothéliome en fonction de l’exposition passée des populations fera l’objet d’un second rapport.

(1) «Exposition environnementale à l’amiante chez les personnes riveraines d’affleurements de roches amiantifères en France continentale»

(2) Les sites en Corse et Nouvelle-Calédonie font l’objet d’études spécifiques

(3) Plusieurs centaines de fibres par litre sur 30 minutes, pour des fibres de longueur supérieures à 5 micromètres (μm)


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus