Amiante: le Canada bloque la publication d’un rapport accablant

Le 14 août 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
amiante mine Canada
amiante mine Canada

Pour ne pas mettre en péril ses exportations mondiales d’amiante chrysotile, dont il est l’un des principaux producteurs, le gouvernement canadien bloque depuis mars 2008 un rapport accablant sur le lien entre cet amiante et le cancer du poumon.

A deux mois d'une réunion à Rome de la convention de Rotterdam relative au commerce international de produits chimiques dangereux, Santé Canada, ministère canadien de la santé, empêche la diffusion d'un rapport accablant sur l'amiante, selon l'agence de presse Presse canadienne.

Commandé à la fin de l'an dernier par le ministre de la santé Tony Clément, ce rapport achevé en mars 2008 était censé déterminer la relation entre l'amiante chrysotile (1) et le risque de cancer du poumon, d'asbestose ou de mésothéliome (2). La commande tardive de cette étude avait été critiquée, puisque toutes les variétés d'amiante sont classées cancérigènes par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) depuis 1977. Les membres du groupe d'experts qui a réalisé ce rapport affirment que les résultats de l'étude justifient l'interdiction de la production et de la consommation d'amiante au Canada.

Mais le gouvernement canadien veut éviter que l'amiante chrysotile ne se retrouve dans l'annexe III de la convention de Rotterdam. Celle-ci regroupe les 39 substances soumises à la procédure de consentement préalable en connaissance de cause, dite procédure Pic, et elle comprend déjà les 5 variétés d'amiante amphibole.

Car la seule mine produisant encore de l'amiante chrysotile au Canada est située au Québec, alors que la consommation mondiale d'amiante a augmenté de 25% au cours des 5 dernières années. Presse canadienne indique que 13.000 tonnes y ont été produites le mois dernier, un niveau record depuis 4 années.



(1) Il existe deux groupes minéralogiques d'amiante, les serpentines et les amphiboles. Le premier comprend une seule variété d'amiante, le chrysotile (amiante blanc). Le second en comprend 5: l'anthophyllite, l'amosite, l'actinolite, la trémolite et la crocidolite.

Chrysotile, amosite (amiante brun) et crocidolite (amiante bleu) sont les variantes qui ont été/sont les plus utilisées.

(2) Voir l'article du JDLE «Amiante: le Canada toujours pas convaincu des risques sanitaires»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus