Amiante: Alstom au tribunal pour préjudice d’anxiété

Le 17 février 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Chaque salarié réclame 15.000 euros de dommages et intérêts.
Chaque salarié réclame 15.000 euros de dommages et intérêts.
© boris - Flickr - C.C

Après les mineurs, les électriciens. Cinquante-cinq anciens salariés du site Alstom de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) ont demandé mardi 17 février réparation à leur ancien employeur, au titre du préjudice d'anxiété, pour avoir été «délibérément exposés» à l'amiante, estiment-ils, au cours de leur carrière.

Devant le tribunal des prud’hommes de Bobigny, Me Jean-Paul Teissonnière, avocat de la partie civile, a réclamé à Alstom 15.000 euros de dommages et intérêts pour chaque ex-employés de l'usine Alstom-Areva transformateurs de Saint-Ouen (TSO).

«Depuis des années, on voit des anciens copains d'usine qui tombent malades, parfois qui décèdent. Forcément, on est inquiets», a expliqué à l’AFP Bernard Balestri, de l'Association des anciens salariés d'Alstom TSO, à l'origine de la procédure. Six anciens salariés sont décédés ces dernières années d'un cancer lié à leur exposition à l'amiante. Une vingtaine d'autres ont contracté des maladies imputables à une contamination, comme des plaques pleurales ou des asbestoses, affirme l'association.

L'avocate d'Alstom, Me Magali Thorne, assure que l'entreprise avait «pris des mesures» dès les années 1990 «contre les problèmes d'amiante». Et l'avocate de demander au tribunal de considérer  le parcours et le profil de chaque salarié plutôt que de rendre une décision globale. «Je ne crois pas qu'on puisse admettre qu'une personne passée dans un établissement classé amiante soit automatiquement en position de réclamer un préjudice d'anxiété», a-t-elle fait valoir.

Le tribunal a mis sa décision en délibéré au mardi 12 mai.

L'usine Alstom-Areva TSO, qui fabriquait des transformateurs électriques, a compté jusqu'à 1.200 salariés dans les années 1970, avant sa fermeture en 2006. L'endroit a été classé en 2011 sur la liste des sites amiantés.

En 2000, rappelle l’AFP, un ancien responsable de l'usine, Pierre Krieger, a été condamné à une forte amende par le tribunal correctionnel de Bobigny pour avoir exposé ses employés au danger de l'amiante. En novembre dernier, 104 anciens salariés d'une autre usine d'Alstom, à Saint-Florent (Gard) ont obtenu des prud'hommes d'Alès 13.000 euros de dédommagement dans une affaire similaire. Alstom a fait appel.

Le 6 février dernier, le conseil des prud’hommes de Longwy (Moselle) a reconnu l’existence d’un préjudice d’anxiété pour des mineurs de fer de Lorraine: une première dans un dossier n’impliquant pas de risque lié à l’amiante.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus