Améliorer la sécurité des marins pêcheurs

Le 15 avril 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le métier de marin pêcheur, avec 10% de professionnels victimes chaque année d’un accident du travail et un décès pour mille, est le métier le plus dangereux en France. C’est ce qu’a rappelé Michel Barnier, lors d’un déplacement jeudi 9 avril à Saint-Malo. Le ministre de l’agriculture et de la pêche, a assisté à une démonstration en mer sur la sécurité des marins pêcheurs dans le cadre du plan pour une pêche durable et responsable, proposé en janvier 2008.
Le volet « sécurité» de ce plan prévoit d’équiper chaque marin d’un vêtement de travail à flottabilité intégrée, doté d’une balise de positionnement de type Arva (utilisée en montagne, pour la recherche de victimes d’avalanches) qui se déclencherait lorsque le marin est à l’eau. L’Institut maritime de prévention (IMP), basé dans le Finistère, a lancé des expérimentations afin de tester les performances de ces balises, leur intégration dans le vêtement de flottabilité et leur résistance dans les conditions de travail réelles. Dans les mois à venir, des essais en conditions de survie et de sauvetage en mer seront également réalisés. Lorsqu’un équipement, ou plusieurs en fonction des métiers pratiqués, sera retenu (l’IMP espère arriver à cette étape au second semestre 2009), il sera remis aux professionnels pour une dernière phase de tests auprès de 900 marins pêcheurs.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus