Alzheimer lié à une exposition infantile au plomb?

Le 20 février 2008 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Une équipe de chercheurs de l'université de Rhode Island a mis en évidence un risque de présenter des symptômes de la maladie d'Alzheimer chez des singes exposés au plomb lorsqu'ils étaient jeunes. Les travaux ont été publiés dans le numéro de janvier de la revue The Journal of Neurosciences. C'est la première fois que le développement de la maladie chez les primates est associé à un agent environnemental. Selon l'auteur Nasser Zawia, «c'est un résultat pertinent puisque les singes ont des gènes identiques aux humains».

L'étude a démarré en 1980, lorsque l'équipe scientifique a exposé un groupe de jeunes singes à un faible niveau de plomb pendant 400 jours. Un groupe témoin a été constitué par des singes non exposés à ce produit. Aucun problème n'a été détecté chez le premier groupe pendant 23 ans. Puis, Nasser Zawia et ses partenaires ont découvert chez les singes exposés au plomb des plaques amyloïdes, c'est-à-dire des accumulations extracellulaires de protéines Aβ, généralement associées à la pathologie. Elles ont été observées chez tous les singes, mais elles étaient plus denses et plus nombreuses chez les singes exposés au plomb.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus