Alteo: le préfet limite les émissions de polluants dans la Méditerranée

Le 24 juillet 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les seuils d'émissions d'aluminium et d'arsenic sont réduits de moitié
Les seuils d'émissions d'aluminium et d'arsenic sont réduits de moitié

Pointé du doigt, le 20 juillet, par le tribunal administratif de Marseille, le préfet des Bouches-du-Rhône a réagi en prenant un arrêté durcissant les seuils d’émission des rejets liquides de l’usine Alteo dans la Méditerranée.

Nouvelle victoire pour les opposants aux rejets liquides de l’usine Alteo de Gardanne. Après avoir été contrainte, le 20 juillet, à se mettre en conformité avec les normes au plus tard le 31 décembre 2019 (au lieu du 31 décembre 2021), elle va devoir réduire de moitié les concentrations d’aluminium, d’arsenic et de DCO[1]. Celles-ci sont ainsi plafonnées respectivement à 1.400 tonnes par an, 2 t/an, et 900 t/an. Par ailleurs, le fabricant doit dès maintenant respecter les normes nationales d’émission de fer, et ne bénéficie plus d’aucune dérogation.

 

Réaction immédiate

Tel est le résultat du nouvel arrêté préfectoral, qui durcit les prescriptions imposées le 28 décembre 2015 aux rejets liquides issus des boues rouges résultant de la fabrication d’alumine. Les magistrats avaient donné 6 mois au représentant de l’Etat pour réexaminer les impacts sur l’environnement et durcir, le cas échéant les normes imposées à Alteo.

 

Injonction à venir

Le préfet a ajouté qu’il finalisait les conditions de son injonction au fabricant de compléter l’étude d’impact initiale, en vue de prendre en compte les effets cumulés de l’usine et de son site de stockage des déchets solides de Mange-Garri, où plusieurs dysfonctionnements ont été relevés. Cette injonction devrait intervenir dans les prochains jours.

Selon les associations à l’origine du recours contre Alteo, les effluents liquides dépassent actuellement les seuils admis à hauteur d’environ 245 fois pour l’aluminium et 34 fois pour l’arsenic. Des dépassements qui avaient été adoubés sous le couvert d’un délai de mise en conformité. L’étau se resserre.

 

 

 

 



[1] Demande chimique en oxygène

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus