Alliance dans l’éolien marin entre Areva et Gamesa

Le 07 juillet 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Grâce à cette alliance, Areva espère vendre sa turbine de 8 MW.
Grâce à cette alliance, Areva espère vendre sa turbine de 8 MW.
Areva

Les Français ne sauraient-ils faire de l’éolien en mer qu’avec l’aide des Espagnols? C’est la question qui se pose au vu de l’annonce faite, ce lundi 7 juillet, par Areva et Gamesa.

L’industriel français va créer avec le constructeur espagnol d’éolienne une co-entreprise dédiée à l’éolien en mer. Cette «joint-venture», qui devrait prendre forme au 4e trimestre, a pour objectif de remporter près de 20% de parts de marché en Europe d'ici 2020, selon le communiqué commun des deux entreprises.

Une turbine de 8 MW

L'alliance vise notamment à permettre la mise en œuvre d'une éolienne géante de 8 mégawatts (soit environ 50% de plus que les modèles installés actuellement) développée par Areva.

Entré dans l'éolien en rachetant l'Allemand Multibrid en 2010, le groupe français apporte des actifs évalués à 280 millions d'euros, «incluant un fonds de roulement évalué actuellement à 70 M€, dont le montant sera confirmé lors de la réalisation de l'opération».

Areva met notamment dans la corbeille de la mariée ses usines existantes (en Allemagne) et en projet (France, Ecosse), ses effectifs dans l'éolien en mer, ainsi qu'un portefeuille de projets de 2,8 gigawatts, le deuxième plus important sur le marché de l'éolien en mer (Saint-Brieuc, Le Tréport, Noirmoutier-île d’Yeu, Royaume-Uni, Allemagne).

En 2007, Alstom aussi

Gamesa, acteur historique de l'éolien terrestre mais moins avancé dans l'éolien marin, apporte de son côté des actifs évalués à 195 M€, dont un prototype de 5 mégawatts et des transferts de connaissances en R&D.

Il offre aussi de bonnes perspectives commerciales, puisque son actionnaire (à 19,6%) et compatriote Iberdrola mène d'importants projets dans l'offshore, notamment au Royaume-Uni.

Le siège social de la co-entreprise sera installé à Zamudio, à l'est de Bilbao (Espagne), et son comité exécutif sera basé à Paris. Arnaud Bellanger, le directeur des activités éoliennes offshore d'Areva, deviendra directeur général de la future société.

En 2007, Alstom s’était porté acquéreur de l’Espagnol Ecotècnia, constructeur catalan d’éolienne. Cette alliance avait permis au groupe tricolore de constituer sa filiale éolienne Alstom Wind. Cette dernière propose désormais au marché éolien marin son Haliade 150 de 6 mégawatts de puissance.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus