Alimentation: alerte aux mycotoxines

Le 29 août 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Hausse de 30% des notifications
Hausse de 30% des notifications
DR

Les mycotoxines, qui touchent plusieurs grandes cultures à travers le monde, sont-elles en train de débarquer en Europe? Selon le rapport 2015 du système européen d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux (RASFF), publié lundi 29 août, le taux de non-conformité s’est envolé, après plusieurs années à la baisse.

Produites par des champignons pathogènes qui infectent les cultures, les mycotoxines, dont les aflatoxines, l’ochratoxine A et les fumonisines fréquemment retrouvées sur l’arachide, le maïs, le blé et le sorgho, constituent un fléau de santé publique dans les pays du Sud. A elles seules, les aflatoxines seraient responsables de 40% des cancers du foie en Afrique et de 27% en Asie du sud-est.

Si elles épargnent pour l’instant l’agriculture des pays tempérés, les mycotoxines pourraient à terme la menacer, en particulier dans les pays méditerranéens, du fait du réchauffement climatique. Raison pour laquelle, dans un rapport publié fin mai, le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) les a mises au premier rang des menaces environnementales émergentes.

Tous contaminants confondus, les produits français arrivent en deuxième position, pour le «made in EU», quant au nombre de notifications: 120 signalements au RASFF en 2015, derrière l’Espagne et ses 158 notifications, mais juste devant l’Allemagne et l’Italie (117 notifications chacune). Sur le podium, la Chine, la Turquie et l’Inde en ont obtenu respectivement 388, 276 et 282.

Peut-on déjà observer une tendance à la hausse? S’il est probablement trop tôt pour l’affirmer, le rapport 2015 du RASFF, qui enregistre l’ensemble des alertes émises par les Etats-membres suite à la non-conformité d’aliments circulant sur le sol européen, révèle une nette hausse des notifications cette année-là, parmi les aliments en provenance de pays du Sud.

Notifications en hausse de 30%

Depuis la mise en place du RASFF, en 2004, le nombre de notifications concernant la présence de mycotoxines dans les aliments avait nettement baissé, passant de 880 en 2004 à 383 en 2014. Surprise en 2015, où le RASFF a enregistré 495 notifications, soit une hausse inédite de près de 30% en un an! Rien que pour les aflatoxines, on compte 107 notifications de plus, parmi les aliments destinés à la consommation humaine.

Selon les résultats du RASFF, les principaux produits touchés sont les arachides de Chine (96 notifications, soit 58 de plus qu’en 2014), les pistaches d’Iran (56 notifications), les figues séchées et les noisettes de Turquie (47 et 28 notifications respectivement). Autant de produits qui font l’objet d’une attention particulière dans l’Union européenne, suite à un règlement européen édicté en août 2014.

Les mycotoxines arrivent au deuxième rang des contaminants notifiés au RASFF, derrière les micro-organismes pathogènes (745 notifications), mais devant les résidus de pesticides (405 notifications), les métaux lourds (219) et les allergènes. Avec 137 notifications en 2015, ceux-ci connaissent aussi une forte augmentation, de +75% par rapport à 2014. 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus