Aliapur baisse ses tarifs de reprise

Le 10 novembre 2004 par Loïc Chauveau
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’organisme chargé de la collecte et du traitement des pneus usagés baisse ses tarifs de reprise. La filière de collecte est plus efficace et l’organisation des flux en direction des valorisateurs permet de faire baisser les coûts de transport.

En 2005, les tarifs de reprise des pneus usagés de véhicules légers passeront de 2,20 euros le pneu à 2 euros et ceux des poids lourds de 10,80 à 10,20 euros. Pour les membres fondateurs d'Aliapur (les manufacturiers Bridgestone, Dunlop, Continental, Goodyear, Kleber, Michelin et Pirelli), c'est une bonne nouvelle. La facture environnementale de traitement en fin de vie de leur produit sera moins lourde pour leurs comptes et pour le portefeuille de leurs clients, le surcoût de traitement et de valorisation étant partiellement ou totalement reporté sur le prix du produit.

Cette baisse est en partie due à la réévaluation d'un tarif fondé initialement sur un calcul théorique. Depuis le 1er mars 2004, de nombreux coûts de fonctionnement ont été revus à la baisse. Pourtant, l'amorçage de la filière n'a pas été de tout repos. La récupération des pneus usagés comptait traditionnellement de nombreux acteurs au sein de la profession automobile. L'obligation d'un agrément préfectoral pour effectuer les opérations de collecte et de regroupement des pneus a constitué un frein pour de nombreux petits professionnels. Jusqu'en juillet dernier, Aliapur a du batailler avec la profession pour obtenir que tous les garagistes confient leurs pneus à des collecteurs agréés. Il y a aujourd'hui sur le territoire national 54 prestataires de collecte, 40 sous-traitants, 25 plate-formes de regroupement des pneus et 14 valorisateurs. Entre 500 et 600 personnes travaillent pour Aliapur.

Ce maillage du territoire a permis d'optimiser les mouvements de camion. C'est un poste lourd. 100.000 tonnes de pneus usagés représentent 4000 semi-remorques de 5000m3. Le transfert des pneus des plate-formes de broyage vers les unités de valorisation a également été rationalisé: «les cimentiers par exemple savent désormais que nos livraisons sont régulières, assure Karine Solère, chargée de communication d'Aliapur. Ils ont intégrés notre produit dans leur besoin énergétique. Les flux se stabilisent .» Le transport après broyage vers les centres de valorisation représente 25% du tarif de reprise.

Les pneus usagés ne seront collectés en totalité qu'en 2005. Le 29 décembre 2004, l'obligation de collecte et de valorisation sera étendue aux pneus de matériel agricole, d'engins de génie civil et de travaux publics ainsi qu'aux motos et scooters. Seuls les pneus de vélos et les pneus pleins (pour petits chariots ou trottinettes) sont exclus du champ de compétence d'Aliapur.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus