Algues vertes: signature du premier plan préventif

Le 12 septembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le premier des 8 plans préventifs de lutte contre les algues vertes a été lancé vendredi 9 septembre, en baie de Lannion, dans les côtes d’Armor. D’ici février 2012, 3 chartes seront signées dans les Côtes-d’Armor et 5 dans le Finistère. Des fermes-pilotes se sont ainsi engagées vers plus d'herbe et moins d'azote. «Après avoir mis en place l’aspect curatif, avec le ramassage systématique des algues, qui fonctionne bien, nous attaquons le volet préventif», a déclaré à cette occasion le préfet de la région, Michel Cadot.

Le plan Algues vertes est donc entré dans sa phase opérationnelle avec la signature, à Plouzélambre, dans les côtes d’Armor, d'une convention-cadre. L'Etat, le conseil général, le conseil régional, l'agence de l'eau et Lannion-Trégor agglomération vont ainsi injecter 11,2 millions d’euros pour aider les 200 exploitations de ce territoire, dont 85% d'élevages bovins, à passer de 47 à 60% la part de prairies dans le total de surface agricole utile et réduire de 10% les entrées d'azote d'ici 2015. Le but est de ramener à environ 20 milligrammes par litre d’eau le taux de nitrates dans les eaux, contre 25 mg/l actuellement. Il s’agit d’une première étape vers l’objectif de 10 mg/l en 2027 fixé localement.

«Chaque baie a des particularités propres et les objectifs ainsi que les moyens d’action seront chaque fois spécifiques», a précisé Michel Cadot.

La démarche est compliquée techniquement, parce qu’elle nécessite de procéder à d'importants réaménagements fonciers, les parcelles étant souvent morcelées et éloignées du siège de l'exploitation. Elle l‘est aussi économiquement, parce qu'il faut garantir un revenu suffisant aux agriculteurs qui vendront moins de céréales et verront leur production laitière baisser. «Mais, pour la première fois, on est sur une démarche cohérente avec un engagement de tous les acteurs. La profession agricole a massivement adhéré au projet», a complété le préfet de la région. Concrètement, chaque exploitant va bénéficier d'un audit gratuit pour mettre en place son projet individuel. Lequel bénéficiera d'aides financières pour compenser l'éventuelle baisse de revenus. Les résultats obtenus feront l'objet d'une évaluation permanente par un comité scientifique externe.

Déjà engagés en baie de Lannion, les modes de production à très basse fuite d'azote vont être mis en œuvre progressivement dans les 8 baies bretonnes touchées par les algues vertes. La baie de Saint-Brieuc doit signer le mois prochain sa charte de territoire. Concarneau, dans le Finistère, suivra d'ici la fin de l'année, et les 5 chartes restantes d'ici février 2012, selon la préfecture de région.

 
L’association Eau et Rivières salue «une étape importante». Jean-Noël Sidaner, de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles, se dit lui aussi soulagé: «Enfin, on nous montre une feuille de route». Sur les 134 millions d’euros du plan gouvernemental de lutte contre les algues vertes décidé en août 2009 par François Fillon lors de sa visite sur la plage de Saint-Michel-en-Grève et lancé en février 2010, 80 millions sont dédiés au volet préventif.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus