Algues vertes: le gouvernement présente un plan d’action sur 5 ans

Le 04 février 2010 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un plan d’action de lutte contre les algues vertes pour la période 2010-2014 a été présenté hier 3 février en Conseil des ministres par la secrétaire d’Etat à l’écologie Chantal Jouanno et le ministre de la pêche Bruno Le Maire. Son coût est estimé à 134 millions d’euros.

«Ce plan répond à un engagement pris par le Premier ministre lors de son déplacement à Saint-Michel-en-Grève [Côtes-d’Armor] le 20 août dernier» à la suite de la mort d’un cheval et du malaise de son cavalier fin juillet (1), rappelle l’Elysée dans un communiqué.

Les 23 bassins versants des 8 baies touchées par le phénomène des marées vertes, identifiées dans le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (Sdage) du bassin versant Loire-Bretagne, sont concernés.

Il s’agit d’abord d’améliorer le ramassage et le traitement des algues, pour supprimer tout risque sanitaire et réduire les nuisances. Le plan vise aussi à la réduction des flux de nitrates de toutes origines vers les côtes en préservant ou réhabilitant les zones naturelles, ainsi qu’en modifiant les pratiques agricoles dans les bassins versants concernés. «Une traçabilité des flux d’azote sera également mise en place ainsi qu’un renforcement des contrôles».
Le gouvernement souhaite aussi améliorer les connaissances sur le phénomène de prolifération des algues vertes et sur les moyens de leur valorisation.

Le plan sera mis en œuvre par un comité de pilotage présidé par le préfet de la région Bretagne, en association avec l’Agence de l’eau Loire-Bretagne, l’Ademe et les acteurs concernés.

«L’annonce de ce plan intervient alors que la Commission européenne vient d’engager une nouvelle procédure contentieuse contre la France en matière de lutte contre les nitrates», le 20 novembre dernier (2), rappelle l’association Eau et rivières de Bretagne dans un communiqué du 2 février.
Le 1er décembre, l’Etat a également été condamné par la cour administrative d'appel de Nantes à verser 15.000 euros d’indemnités à cette même association, ainsi que 3.000 euros à trois autres associations pour sa responsabilité dans la prolifération des algues vertes en Bretagne (3).

Pour le Réseau environnement & droit, le plan d’action de l’Etat, «plus curatif que préventif», prouve que celui-ci n’a pas «tiré toutes les conséquences de ces décisions de justice».

(1) Dans le JDLE «Les algues vertes: un problème de santé publique»µ
(2) Dans le JDLE «Eaux résiduaires: la France devant la CJCE»
(3) Dans le JDLE «Algues vertes: condamnation plus sévère pour l’Etat en appel»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus