Algues vertes : ça coûte cher au tourisme breton

Le 14 septembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La mort très médiatisée de sangliers intoxiqués par des algues vertes putréfiées sur le littoral des Côtes d'Armor a causé un fort manque à gagner pour le tourisme local cet été, a annoncé ce mercredi 14 septembre le comité départemental du tourisme.
«Globalement, on peut estimer une perte directe de dépense touristique (hébergement, loisirs) à plus de 800.000 euros», a indiqué Côtes d'Armor Tourisme dans un communiqué.
 
Huit pour cent des hébergeurs du département ont noté des annulations de séjours, en particulier sur le littoral, où certains campings ont signalé jusqu'à 50 annulations représentant un préjudice de 7.000 €.
 
Les hôtels n'ont pas été épargnés, avec de 5 à 10 annulations par établissement le cas échéant, selon cette source.
 
Sur l'ensemble du département, «un hébergeur sur deux a été interrogé par des clients sur les algues vertes», relève cette étude à laquelle 430 professionnels du tourisme ont répondu, soit 20% du panel interrogé.
 
De même, 87% des offices du tourisme des Côtes d'Armor ont indiqué avoir été interrogés sur le phénomène.
 
La mort de 36 sangliers en juillet dans l'estuaire du Gouessant près de Saint-Brieuc avait fait l'objet d'une vaste couverture nationale, un an après le lancement d'un plan gouvernemental de lutte contre ce phénomène. Les analyses scientifiques ont montré que l'hypothèse d'une intoxication au sulfure d'hydrogène produit par les algues vertes en décomposition était «hautement probable» [JDLE].


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus