Alerte nucléaire en Irak

Le 10 juillet 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'uranium de Mossoul vient-il de l'ex-site d'entreposage d'Adaya ?
L'uranium de Mossoul vient-il de l'ex-site d'entreposage d'Adaya ?
DR

On l’oublie trop souvent, mais l’Irak est un pays… nucléaire. Pour son programme militaire, Bagdad s’était équipé de deux réacteurs français et avait produit plus de 500 tonnes d’oxyde d’uranium, grâce à ses mines d’Ukashat. Ce Yellow Cake avait été récupéré, en juillet 2008, par la compagnie canadienne Cameco pour être transformé en combustible.

Cela étant, tout n’a pas été évacué, semble-t-il. L’université de Mossoul abritait, jusqu’à ces derniers jours, une quarantaine de kilogrammes d’uranium. Peut-être en provenance du site d’entreposage d’Adaya, situé à une cinquantaine de kilomètres de la seconde ville du pays. Problème, selon le gouvernement irakien, les jihadistes de l'Etat islamique, qui se sont emparés de la métropole le 10 juin, auraient pris possession de l’uranium. Une information en cours de vérification par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), basée à Vienne.

Contrairement aux allégations de l’ambassadeur d’Irak auprès de l’ONU, cet uranium serait toutefois insuffisamment enrichi pour servir à la fabrication d’une arme nucléaire. Reste à savoir s’il peut être utilisé pour réaliser des bombes radiologiques.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus