Alerte aux espèces invasives

Le 17 septembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

On ne parle pas que de changement climatique à Copenhague. Du 14 au 17 septembre, la capitale du Danemark a accueilli la 6e conférence Neobiota, consacrée aux espèces invasives. L’occasion pour les scientifiques de rappeler l’importance de ce phénomène.

 

L’inventaire européen des espèces invasives Daisie (http://www.europe-aliens.org/europeanSummary.do) recense plus de 10.000 espèces exogènes ayant fait leur « nid » sur le territoire de l’Union européenne. Plus de 60 % de ces envahisseurs sont des plantes terrestres et 25 % des invertébrés terrestres. Avec un millier d’espèces, les plantes et les algues marines constituent le troisième bataillon le plus important.

 

Importées intentionnellement (Trachemys scripta elegans) ou non (Caulerpa taxifolia), ces espèces peuvent se révéler néfastes. Selon une estimation faite par l’Invasive Species Specialist Group (ISSG) (http://www.issg.org/publications.htm#worst100), une organisation dépendant de l’Union internationale pour la conservation de la nature, elles provoqueraient une douzaine de milliards d’euros de dégâts, chaque année, sur le territoire des 27. Une estimation que d’aucuns jugent optimiste. « Nous n’avons aucune idée des dommages que provoquent de nombreuses espèces », confirme Piero Genovesi, le patron de l’ISSG, dans un entretien accordé à BBC News.

 

Pour réduire la menace, les scientifiques appellent la Commission européenne à la rescousse. L’idéal, selon eux, serait de renforcer la législation actuelle, voire de la calquer sur les réglementations australienne ou néo-zélandaise, réputées particulièrement sévères.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus