Alerte au saturnisme infantile en Ile-de-France

Le 17 octobre 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Des taux élevés de plomb sont observés dans 3 anciennes zones d'épandage des eaux usées
Des taux élevés de plomb sont observés dans 3 anciennes zones d'épandage des eaux usées

Trois plaines situées dans les Yvelines et le Val d’Oise affichent des concentrations élevées en plomb, selon un rapport publié le 15 octobre par Santé publique France. Une pollution qui résulte des épandages d’eaux usées brutes pratiquées pendant des décennies.

Dans les plaines d’Achères et de Méry-sur-Oise / Pierrelaye, des teneurs en plomb supérieures aux valeurs de référence (1) ont été observées dans la terre de jardins privés. Dans celle de Triel-sur-Seine / Carrières-sous-Poissy, les plus fortes contaminations touchent les sols superficiels de trois écoles. Voici le résultat des épandages d’eaux usées brutes pratiquées entre 1895 et 1999 et d’eaux partiellement traitées jusqu’en 2006.


Des risques inacceptables
L’étude, focalisée sur les enfants de moins de 6 ans qui présentent le risque le plus élevé de saturnisme, conclut à «des risques sanitaires inacceptables» dans les jardins privés et ouvriers ainsi qu’un groupe scolaire, une crèche et une école maternelle de la plaine d’Achères, en raison d’une potentielle ingestion de terre portée à la bouche ou dans une moindre mesure de légumes contaminés.
Même conclusion dans les plaines de Triel-sur-Seine et Carrières-sous-Poissy (jardins privés, ouvriers, trois établissements scolaires et un parc) et dans les plaines de Méry-sur-Oise et Pierrelaye (jardins privés et ouvriers).

Mesures de prévention
Ces résultats inquiétants ont conduit l’association Santé publique France à élaborer plusieurs recommandations: un lavage de mains fréquent, le lavage et l’épluchage systématique et la consommation modérée des légumes autoproduits, ainsi qu’un entretien régulier du domicile (y compris balcons, terrasses et rebords de fenêtres) pour limiter l’exposition aux poussières.
Cette autorité est enfin favorable à une incitation au dépistage du saturnisme infantile et à la mise en œuvre de mesures de réduction des expositions au plomb. Ce qui montre la gravité de la contamination.

(1)Les valeurs observées oscillent entre 24 et 690 milligrammes par kilogramme. Soit 3 fois plus que la valeur de référence de 53,7 mg/kg.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus